Pourquoi les SDF ne veulent pas forcément de ta nourriture

J’ai souvent cette discussion autour de moi. Quelqu’un vient me voir, outré, parce qu’un clochard a refusé leur offre de nourriture.

Oui je dis bien clochard et non pas SDF comme dans l’objet. C’est voulu. Un jour je t’expliquerais pourquoi ce vocabulaire militant. Mais en résumé il s’agit de refuser de cacher la violence d’une situation en utilisant un acronyme déshumanisant parce que le mot entier nous dérange.

On peut vivre longtemps sans manger

Il faut rappeler ce que le mode de vie moderne nous fait oublier : on peut tenir très longtemps sans manger. Pendant le confinement j’ai essayé pour la première fois de jeûner pendant plus de 24 heures. Verdict : ce n’est pas si terrible que ce qu’on imagine.

Attention : je ne dis absolument pas que la pression alimentaire n’est pas atroce. Ne pas savoir comment on va se nourrir au jour le jour est une sensation incomparable avec un jeûne volontaire.

Mais il reste une réalité biologique : on peut tenir longtemps sans manger.

Il y a beaucoup de nourriture dans les grandes villes

En vrai, on gaspille tellement de nourriture, que si quelqu’un veut vraiment trouver à manger, il va en trouver dans les poubelles. Quasiment personne ne meurt de faim dans nos rues.

Dans l’analyse de l’association Morts de la rue de 2013, il n’y a même pas le mot “faim”. Et le mot “froid” apparaît une seule fois, concernant une seule mort.

Ce qui ne veut pas dire que ça n’existe pas. En tapant dans Google on a quelques cas. Mais à chaque fois dans des conditions super spéciales. Comme quelqu’un qui refusait les aides et refusait de quitter l’endroit où il avait perdu son père.

De quoi meurt un clochard ?

Dans ce même rapport, on découvre que la plupart meurent de maladies, de suicides, d’agressions et d’accidents mortels.

Loin du cliché “mort de faim et de froid”.

Sans compter l’impact de la solitude, de l’indifférence. Parce que plus personne ne veut leur parler, par peur de se voir réclamer de l’argent.

Pourquoi tu veux contrôler un autre humain ?

Maintenant qu’on a levé les clichés, venons au sujet : pourquoi tu cherches à ce point à contrôler un autre humain ?

Je parle de la situation où tu as de l’argent et que tu veux à tout prix lui acheter à manger. Je ne parle pas du cas où tu as uniquement de la nourriture sur toi et pas de liquide. C’est différent.

Quand tu as de l’argent et que tu vas acheter à manger pour un clochard, tu es en train de contrôler sa vie.

Pourquoi ?

Parce que tu as peur qu’il achète de l’alcool avec ? Et alors ? Toi avec ton salaire, tu n’achètes jamais d’alcool, tu ne vas jamais boire un coup ?

Il y a une raison pour laquelle ton salaire est en argent. Tu n’accepterais pas que ton entreprise te paie en nourriture. Même si c’était le même niveau.

Genre au lieu de te donner 1500€/mois on te donne 1500€ de tickets restaurant.

Ça te révolterait. Tu aurais l’impression qu’on te prive de ta liberté d’utiliser ton argent.

Tu n’es pas un manager de la rue

Parfois on me répond “c’est mon argent, je l’ai mérité, je peux décider ce que j’en fais”. Oui tu peux. Mais ça reste un geste cruel et agressif.

Ton entreprise, c’est son argent aussi, elle peut décider ce qu’elle en fait. Pour autant elle ne te paie pas en nourriture.

D’ailleurs je suis sûr que certaines le feraient si ce n’était pas illégal. Mais heureusement, l’état protège les travailleurs de ce genre de pratique.

Mais vraiment… imagine comment tu te sentirais si on te proposait de te rémunérer en nourriture.

D’ailleurs on se prend tellement pour des managers de la rue, qu’on finit par tweeter qu’il y a des clochards qui méritent de la nourriture. Sous-entendu qu’il y en a qui ne méritent rien.

Des carottes, un gâteau et une bouteille d’eau. Sérieusement ? Perso je détesterais qu’on choisisse ma nourriture à ma place. Surtout pour choisir ça.

L’argent est la monnaie d’échange universelle

L’argent vaudra toujours plus que son équivalent en nature. C’est d’ailleurs pour ça qu’on l’a inventé : pour pouvoir tout échanger.

Tu ne sais pas de quoi la personne a besoin. Tu n’es pas manager de sa vie. Si ça se trouve, sa priorité en ce moment c’est de trouver des vêtements chauds. Peut-être qu’elle cherche plutôt du divertissement (oui, car c’est toujours un humain). Ou alors elle veut économiser.

En lui donnant de la nourriture, tu lui donnes un truc périssable. Si ça se trouve elle veut économiser pour payer une chambre quelque part, qu’elle peut s’offrir seulement une fois par semaine.

En lui donnant de l’argent, tu lui laisses le choix, tu lui redonnes de l’humanité.

Peut-être qu’il va s’acheter des cigarettes avec. Mais ce sera son choix. Il est déjà au bas de la société et tu veux en plus lui enlever la dignité de choisir ?

Donne-lui de l’argent et fais lui confiance pour se gérer.

N’oublie pas que :

Ce qui est fait pour moi mais sans moi est fait contre moi.

Mise à jour

Il y a désormais une suite à cet article. Je te partage notamment quelques retours intéressants que j’ai eu suite à sa publication. Ainsi que des éclaircissements sur le lexique, et la problématique de l’alcool.

Tu peux la retrouver ici :

Aller à la suite de l’article

Avant de me quitter…

Si on t’a partagé ça et que tu n’es pas encore abonné tu peux le faire ici pour recevoir un email tous les matins à 09h00 :