Il faut copier pour avoir un style

  
0:00
-33:49

Cette semaine, dans le Syndrome de la Page Noire on refait un hors-série puisque je suis arrivé à court des interviews enregistrées en septembre.

J’ai donc choisi de faire un résumé de livre, comme la dernière fois.

Mais je suis en train de réfléchir à d’autres formats. Peut-être par un exemple un épisode où vous m’envoyez vos questions en amont et j’y réponds. Ou alors un épisode sur un truc que j’ai appris en art, pas forcément via un livre. On verra, d’ici la semaine prochaine.

Voler comme un artiste - Austin Kleon

Je t’ai déjà parlé de ce livre. Il fait partie de ma sélection des livres qui se lisent en moins de deux heures et changent des vies.

J’adore ce livre et j’adore l’offrir aux invités et invitées du podcast.

Parce qu’il aborde une des trois thématiques : comment trouver l’inspiration ?

Avec une réponse simple : en volant des trucs.

Voilà probablement un des secrets les moins bien gardés de l’art. Il faut copier pour créer. Il est impossible de créer à partir de rien.

Non seulement c’est impossible mais ce n’est même pas souhaitable. Je connais des gens obsédés par l’originalité et qui, du coup, réinventent la roue. Par exemple, dans la recherche d’emploi ils refont De quelle couleur est votre parachute ?, le livre référence sorti en 1970, en moins bien.

Mais ils ne savent même pas. Ensuite ils me disent Dessine-Toi un Emploi (mon blog sur l’emploi) c’est génial, où tu trouves ces idées ?

Simple : j’ai lu De quelle couleur est votre parachute ? et tous les autres classiques de la discipline. Ce qui m’a permis de piocher ce que je trouvais bon tout en allant un cran au-dessus.

Comment aller un cran au-dessus de ce qui a été produit auparavant si on ne sait pas ce qui a été produit auparavant ?

Ce n’est pas un livre (que) pour les artistes

Ce que j’aime particulièrement avec ce livre c’est son universalité. Ça ne s’adresse pas qu’aux artistes. J’en veux pour preuve le deuxième chapitre : N’attendez pas de savoir qui vous êtes pour commencer.

Dedans il aborde le fameux syndrome de l’imposteur et il explique le remède : faire semblant jusqu’à ce que ça marche.

Fake it until you make it.

Souvent quand on entend ce proverbe on entend qu’il faut falsifier un truc jusqu’à avoir les moyens de le faire vraiment. Mais c’est aussi le fait de faire semblant jusqu’à l’accoucher. Tu joues à faire un livre, jusqu’à ce qu’à force ça donne vraiment un livre.

La suite dans le podcast

Je ne te spoile pas davantage. Je te laisse découvrir ça par toi-même. Soit en cliquant directement sur play, soit en allant le chercher dans n’importe quelle application de podcast (Spotify, Apple, Deezer, etc), soit en utilisant le lien YouTube que je te donne :