Critiques positives : on n'en fait pas assez

Je discutais avec Valentine Bureau (que tu as déjà entendu si tu as écouté mon podcast Le Syndrome de La Page Noire) et elle m'a fait une remarque qui m'a foudroyé sur place.

Le feedback négatif est presque toujours de meilleure qualité que le feedback positif.

Dit comme ça, je me suis demandé où elle voulait en venir. Elle a poursuivi :

Parce qu'on sait qu'on doit faire plus d'effort. On peut dire "c'est super" et s'arrêter là. Mais on ne peut pas dire "c'est de la merde" et s'arrêter là. On doit forcément développer, chercher la subtilité, le contrepoids.

Du coup, on s'entraîne bien plus à faire du feedback négatif. Au point, qu'on en fait beaucoup plus souvent que le feedback positif.

J'ai été foudroyé parce que c'est totalement mon cas : je ne fais quasiment jamais de critiques positives à mes proches.

Résolution 1 : essayons de faire davantage de critiques positives

Voilà pourquoi, j'essaie de me faire violence pour faire davantage de critiques positives. J'ai la fâcheuse tendance à me dire que si je dis rien c'est que c'est bien. Que tout le monde le sait.

Si je ne te dis rien et qu'on est en couple c'est que je t'aime. Pourquoi le dire ? Je suis fier de toi, en permanence, pour ce que tu es, pour tes luttes contre le monde et contre toi-même. Je te trouve forte.

Oui, c'était bien un message pour toi qui sais qui tu es

Pourtant, ça va à l'encontre de tous mes principes. Je n'arrête pas de dire aux gens que ce qu'ils ne disent pas ne peut pas être entendu. Mais, dès qu'il s'agit de faire des critiques positives, je me tais.

Résolution 2 : développons nos critiques positives

L'autre conséquence du constat de Valentine c'est de réaliser que nous ne développons pas suffisamment nos feedbacks positifs. On se contente de dire "c'est super". Sauf qu'en faisant ça on n'aide pas vraiment l'autre.

Déjà parce que nous avons tous un biais de négativité qui fait qu'on a tendance à mieux retenir le négatif que le positif. Mais, en plus, si le positif est moins développé…

Que pèseront sept "c'est bien" face à un seul "je n'ai pas trop apprécié la vidéo que tu viens de publier (malgré certains points forts) et je vais détailler en trois parties pourquoi..." ?

Il est donc de notre devoir de nous entraîner à donner de bonnes critiques positives. À y mettre autant d'effort que nos critiques négatives.

Voilà une astuce pour t'aider : quand tu fais une critique négative, tu l'étoffes spontanément parce que tu te dis que tu ne dois pas blesser inutilement la personne, n'est-ce pas ? Alors quand tu fais une critique positive, dis toi que tu dois faire en sorte que la personne te croie.

Toi-même, quand on te dit juste "c'est bien", tu as du mal à l'intégrer. C'est pareil pour les autres.

Il te faut donc développer, étoffer, muscler la critique positive.

Où ai-je volé ça ?

Chez Valentine, que tu peux retrouver ici :