[Podcast] Tous les goûts ne se valent pas

Dans le cinquième épisode du Syndrome de la Page Noire, j’ai invité Laurent Breillat.

Je veux écouter ce 5ème épisode

On a parlé de plein de choses, mais j’ai été particulièrement marqué par la discussion sur le goût artistique.

J’ai longtemps cru que le goût était une arnaque

Laurent avait fait une vidéo, sobrement intitulé Tous les goûts ne se valent pas. Dedans il revenait sur cette notion qui peut sembler très pompeuse vue de l’extérieure.

Moi-même quand je vois des personnes m’expliquer que tel vin est excellent alors que quand je le mets dans ma bouche j’ai envie de le cracher… je me dis qu’elles sont folles.

Elles me disent “c’est normal, tu n’as pas encore développé ton palais”. Je me dis que vraiment c’est une conspiration géante pour me faire croire que y’a un truc à savoir, mais qu’elles font toutes semblant.

Parce que, souvent, le goût des personnes aguerries est totalement à l’inverse des goûts des débutants. Ou plutôt du non-goût du débutant.

Puis un jour j’ai parlé de rap avec des non-initiés

Avant l’Atelier, j’avais rarement l’occasion de parler de rap avec des non-initiés. Puis, un jour j’ai voulu initier une amie au rap. Alors je lui ai fait une playlist et j’ai regardé ces réactions.

Résultat ? Elle a adoré Kery James et Diams. Elle a détesté Booba.

Nous sommes deux ans plus tard et elle me demande comment elle a fait pour écouter du Diams et passer à côté de Booba.

Quand je dis “deux ans” ce n’est pas une exagération, un an et demi après (il y a donc 6 mois) elle trouvait encore que Booba c’était pas écoutable.

Puis, d’un coup, elle a été saisie par le morceau Glaive. Impossible de s’arrêter de l’écouter. Elle me disait “comment j’ai pu passer à côté, cette écriture c’est du génie, y’a tout”.

Verdict à la fin de l’année ? Voici son top 3 Spotify :

On est donc passé de “je peux pas écouter Booba” à “c’est un génie”. Comment est-ce possible ?

Le secret du goût

C’est ici que Laurent m’a livré la clé :

Aujourd’hui je ne dis plus aussi facilement qu’un truc est de la merde. Et surtout j’ai remarqué quelque chose : quand t’as pas trop de goût dans un domaine, tu dis que c’est de la merde parce que c’est trop inconnu pour toi, alors que quand t’as beaucoup de goût dans un domaine tu dis que c’est de la merde parce que c’est trop connu pour toi. Parce que c’est trop commun, tu l’as déjà vu 1000 fois, tu te demandes ce que ça apporte de plus. Je pense que c’est l’indice qui montre que tu commences à avoir une culture dans le domaine.

Effectivement, je crois que c’est un phénomène valable pour toutes les choses où on doit éduquer son goût.

Voilà pourquoi c’est si dur d’expliquer à des gens qui n’ont jamais écouté de rap avant ça que Hugo TSR c’est pas mauvais… mais on l’a entendu 1000 fois, avant. Ça peut pas être la quintessence du rap.

Voilà pourquoi c’est si dur de montrer à un débutant que PNL c’est génial. Parce que c’est trop chelou. Un débutant ne peut pas l’appréhender. D’ailleurs même les auditeurs confirmés ont mis du temps.

Voilà également pourquoi il est impossible d’avoir bon goût dans un domaine artistique sans avoir consommé énormément de ce domaine.

Mais ce qui est le plus rageant c’est que l’effet Dunnig-Krüger du goût…

Moins quelqu’un s’y connaît dans un art et plus il est méprisant envers les génies contemporains de cet art

L’effet Dunnig-Krüger est le phénomène qui fait que les gens ignorants sont aussi les plus sûrs d’eux. Appliqué au goût artistique ça donne des personnes qui glorifient uniquement les artistes passés.

Parce qu’ils n’ont pas de goût, donc ils sont obligés de faire confiance à des autorités. Or, on l’a dit, les débutants préfèrent ce qui est habituel. Ce qui est dans leur expérience, qui ne les déstabilise pas. Voilà pourquoi ils diront spontanément

Mais pourquoi tu nous montres du Booba alors que tu pourrais nous montrer du vrai rap genre IAM.

Ceci est, malheureusement, un vrai commentaire que j’ai reçu. Et, encore plus malheureusement, je ne l’ai pas reçu qu’une fois.

Quand c’est pas IAM, c’est MC Solaar. Pourquoi ? Parce que ce sont des rappeurs qui ont eu leur apogée il y a déjà 30 ans. Donc ils ont eu le temps d’être assimilé comme faisant partie du paysage pour les gens qui n’écoutent pas de rap.

C’est pareil avec les écrivains. Les gens qui ont peu de culture littéraire ne jurent que par des auteurs morts. Alors que ces mêmes auteurs, de leur vivant, étaient détestés par les non-initiés.

À l’inverse, quelqu’un qui s’y connaît sera beaucoup plus prudent avant de dire que “c’est nul” face à quelque chose qui ne ressemble à rien de ce qu’il a connu.

On a parlé de plein d’autres choses…

…mais je vais pas te spoiler. Comme toujours tu retrouveras cet épisode en tapant le Syndrome de la Page Noire dans n’importe quelle application de podcast ou en allant le visionner directement sur YouTube :