[Micro-Pensée] Très peu de gens rêvent d'être chanteurs

On dit souvent “j’aurais rêvé d’être chanteur”. Ou “j’aurais rêvé d’écrire un livre”.

Mais en fait on se trompe.

Parce que, pour être chanteur ou chanteuse, il suffit de chanter tous les jours.

En fait on rêve de la gloire

Quand on dit on rêve d’être artiste on rêve de ce qu’on appelle “la vie d’artiste”. D’ailleurs c’est marrant que, désormais, la vie d’artiste soit associée à la célébrité. Alors, qu’avant, on attribuait plutôt ça à la vie de bohème, une sorte de vie dans une précarité heureuse.

Ce basculement de sens n’est pas si vieux, puisque Charles Aznavour évoque encore la vie d’artiste associée à la précarité :

La bohème, la bohème
Ça voulait dire
On est heureux
La bohème, la bohème
Nous ne mangions qu'un jour sur deux

Dans les cafés voisins
Nous étions quelques-uns
Qui attendions la gloire
Et bien que miséreux
Avec le ventre creux
Nous ne cessions d'y croire

On remarque d’ailleurs, qu’ici, la précarité est temporaire : elle sert à attendre la gloire. Elle n’est pas un mode de vie définitif.

Si tu rêves d’écrire un livre, écris un livre

En fait, n’importe qui peut écrire un livre. N’importe qui de valide en tout cas. J’ai la chance de n’avoir qu’une névralgie cervico-bracchiale. Mais rien que ça… rien que le fait de ressentir une douleur quand j’écris, me met une barrière. Alors je n’ose imaginer pour les personnes qui ont des handicaps physiques lourds.

Mais si ta condition physique le permet, tu peux écrire un livre.

Seulement… est-ce ton rêve ? Ton rêve c’est d’écrire le livre ou ton rêve c’est de devenir une star grâce à un livre ? Ce sont deux choses très différentes.

Moi c’était d’écrire un livre. Je l’ai fait. Entre mes 17 et 18 ans, juste après mon bac. Ça s’appelle Esquisse d’une goutte de vie. C’est un livre bof. Je le relis et j’ai mal dans tous les endroits de mon corps. C’est kitsch. Je parle au passé simple, je ne sais pas pourquoi. C’est chelou. C’est une torture de le relire. Tiens un extrait :

Je regagnai mon domicile. Je pourrais enfin disposer du temps nécessaire à la rédaction de mon livre. L’idée m’était venue de ma prof d’histoire de Seconde. Pendant mes révisions, je lui avais raconté que la seule chose que j’aimais vraiment était l’écriture. Elle m’avait alors naïvement rétorqué : “Écris un livre !”. Dans un premier temps je ne tins pas compte de sa remarque.

J’ai écrit “je ne tins pas compte”. J’ai envie de me frapper !

C’est fou… j’avais oublié que c’était une prof qui m’avait dit d’écrire. Du coup, je viens d’essayer de la retrouver pour la remercier. Et… il semblerait qu’elle soit décédée. Je n’y ai pas cru au début car je me rappelle d’une prof jeune. Mais elle est morte en 2017 à 50 ans.

Ça me fait beaucoup réfléchir… sur l’importance de pas attendre que 16 années s’écoulent pour remercier quelqu’un.

Si tu rêves d’un truc, tu rêves de sa douleur

Revenons au sujet. Si tu veux vraiment quelque chose alors tu dois aussi vouloir les inconvénients qui vont avec. Par exemple, j’ai une pote qui m’a dit qu’elle voulait écrire un livre, mais elle voulait pas passer du temps à l’écrire. En fait ce qu’elle veut ce n’est pas “écrire un livre” mais “avoir écrit un livre”.

En d’autres termes : courir un marathon sans transpirer.

Mais si tu veux chanter, chante

J’ai fait une chanson pour quelqu’un que j’aime. Une reprise de Trop Beau de Lomepal. Je chante pas super bien. Alors j’ai tenté de le faire en phrasé. Ça donne un résultat moyen.

Mais la personne pour qui je l’ai fait a adoré. Moi aussi. Je suis super content que ça existe. Et je me demande pas si c’est bien.

La vérité c’est que je me force à te dire que le résultat est moyen. Mais je te mens. En vrai j’ai mon public interne qui crie “waaaaaaouuuuuh t’as fait un truc de ouf qu’on avait jamais fait”.

Le fameux effet collier de pâtes dont je t’ai déjà parlé.

En écriture je suis plus exigeant car c’est ce que je maîtrise. Mais sur les autres arts je suis très content de moi, ne serait-ce que lorsque je finis un truc.

Chanter pour soi, rend heureux. Créer quelque chose du début à la fin est épanouissant. Oui, c’est encore mieux quand d’autres gens aiment. Mais l’essentiel c’est de kiffer le faire.

Alors… si tu veux chanter…chante.

Que tu chantes faux ou pas. Chante.

Si tu veux écrire…écris.

Pour chanter il suffit de chanter, pour écrire il suffit d’écrire.

La validation externe ne te donnera pas de bonheur.