[Micro-Pensée] Comment savoir que tu as réussi ta journée ?

La puissance de l'attention

Ta journée de loisir est réussie si tu as pu te concentrer pendant une heure sur la même chose, sans distraction.


Si on t’a partagé ça, commence par t’abonner pour ne pas rater la suite :


Je te livre des extraits d’une interview de François Bégaudeau :

Il faut arracher du temps. On nous impose des emplois du temps. Qu’est-ce qu’il nous reste à nous ?

La chose s’est compliquée depuis 15 ans (…) l’ordinateur est connecté à tout un tas de trucs, y compris à des choses qui envoient de la publicité ou qui requièrent mon attention (…)

Alors là c’est la lutte qui commence. Et c’est une lutte physique : comment je peux accorder mon attention à ce que je veux et non pas me laisser capter mon attention par tout un tas de choses qui m’aimantent (…) C’est la guerre domestique concrète à laquelle nous avons tous affaire.

Je mène cette lutte comme je peux

Ces phrases m’ont vraiment touché car je mène également cette lutte en permanence. Se concentrer sur quelque chose pendant un temps long est une source d’épanouissement, d’apaisement et au final de bonheur.

On ne parle pas ici de se concentrer pendant sa journée de travail mais bien sur son temps de loisir.

Pour moi, une journée est gagnée si j’ai réussi à me concentrer durablement sur quelque chose dans la journée. Me concentrer durablement sur le même objet pendant une, deux, trois, quatre heures sur le même objet (…) un bouquin, un film, un sujet qu’on explore (…) ou même soi-même.

Comment peux-tu t’armer pour cette lutte ?

Déjà en prendre conscience permet de s’armer. Avant, je le faisais sans m’en rendre compte. Je ne comprenais pas pourquoi je me sentais mieux certains jours.

Là par exemple, je suis rentré chez moi, je me sentais vidé. J’ai commencé à écrire.

(comme toujours tu recevras ce texte bien après…nous sommes Jeudi 23 janvier à 23h12)

Ça fait une heure et demie. J’ai écrit 4 micro-pensées. Je me sens tellement mieux.

MAIS pour s’y mettre c’est une lutte. Voilà le grand paradoxe. En fait c’est comme le sport : le plus dur est de commencer. Notre corps ne veut jamais commencer le sport. En revanche, une fois qu’il a commencé il adore. Là c’est pareil : au début ton corps va t’empêcher de te concentrer sur un truc (ton corps…et ton smartphone plein de notifications…mais on en reparlera).

L’interview où j’ai volé cette pensée

Normalement, si tu cliques sur la miniature, tu vas arriver directement à la fin. Il aborde le concept dans les 7 dernières minutes de l’interview. Mais rien ne t’empêche de la lancer du début.

Comme toujours avec Thinkerview, ça parle vraiment de tout et de rien, pendant plus d’une heure.


Ça t’a plu ? Partage ça à quelqu’un :

Share