Les masques fonctionnent mieux que ce que tu crois

Comme tout le monde en ce moment, j’ai régulièrement des discussions sur le masque.

Régulièrement, je me retrouve avec les mêmes incompréhensions :

Mais c’est stupide, on met le masque toute la journée et on le retire pour manger…

Comment ça se fait : ils ont été en contact avec une personne malade et ils l’ont pas eu…

Non mais on va pas mettre le masque pour recevoir des gens qu’on connaît, même si on est une trentaine

Je crois que tout ceci vient d’une même chose…

La condition d’une épidémie

Pour provoquer une épidémie, un virus doit avoir un R0 supérieur à 1.

Tu as peut être déjà entendu cette phrase. Mais qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Ça veut dire qu’une personne malade doit infecter en moyenne plus d’une personne.

Ça se comprend intuitivement : si chaque personne malade infecte une seule personne… le nombre de malades stagne.

Une personne est malade. Pendant sa période de contagion elle contamine une personne. Mais entre temps la première n’est plus malade.

Alors que si une personne est malade et qu’elle contamine deux personnes pendant sa période de contagion… le nombre de malades double à chaque cycle.

2 est donc un grand chiffre. Sauf que 2… est un petit chiffre

Avec ce qu’on vient de dire on comprend que si un malade contamine en moyenne deux personnes… on a un potentiel d’épidémie.

Sauf que … 2 c’est pas beaucoup au final.

Par exemple, en ce qui concerne le coronavirus, le taux est en ce moment de 2,5 (j’ai trouvé des chiffres différents mais toujours dans cet ordre de grandeur).

Par conséquent, une personne infectée, ne contamine “que” 2,5 personnes en moyenne.

Ce n’est donc pas automatique.

Heureusement. S’il suffisait d’être en contact avec un malade pour être malade… on l’aurait déjà tous et toutes eu.

De la même manière, le VIH se transmet en moyenne une fois tous les 500 actes sexuels non protégés (estimation haute).

Là encore, heureusement : sinon on l’aurait déjà tous et toutes eu.

D’ailleurs, tu t’en rends compte avec d’autres maladies contagieuses. Pendant une épidémie de gastro, tu peux vivre avec une personne qui a la gastro, échanger des fluides avec elle et… ne pas l’attraper.

En revanche, il existe des maladies vraiment ultra-contagieuses. Genre la rougeole. Une personne malade en infecte…16. Tu comprends maintenant pourquoi ce vaccin est si important.

Pourtant, on porte un préservatif

Même si la probabilité est faible à l’échelle individuelle, ça demeure une catastrophe à l’échelle collective.

J’ai peu de chance d’avoir le sida en ayant un rapport sans préservatif. Mais le problème c’est qu’énormément de personnes ont des rapports tous les jours. Donc même ce peu de chance suffit à contaminer plus de deux personnes par malade, et donc à créer une épidémie.

Et c’est tout le souci des épidémies : chaque personne a un risque relativement faible de tomber malade. Même quand c’est une grosse épidémie.

La grippe espagnole a tué un indien sur 20. Donc chaque indien avait très peu de chance de mourir de la grippe espagnole. Mais collectivement, ça représente 19 millions de personnes.

Voilà pourquoi on porte des préservatifs.

Pour ne pas être un maillon de la chaîne de contagion.

Les masques sont une protection très efficace

Maintenant qu’on sait ça, on arrive au coeur de ce que je voulais te partager. Les masques fonctionnent vraiment très bien. Même quand tout le monde n’en met pas.

Si tout le monde porte un masque à moitié efficace, on divise les contaminations par quatre.

Car, ça fait deux masques entre deux personnes. Donc un masque qui coupe 50% des contaminations plus un masque qui coupe 50% des contaminations, ça donne bien une réduction de 75% des contaminations. C’est-à-dire une division par quatre.

D’ailleurs, si tu as du mal à composer les pourcentages, fais-le avec uniquement des divisions. Un masque qui divise par deux les contamination plus un masque qui divise encore par deux les contaminations, ça donne bien une division par quatre.

Et ça c’est avec des masques à 50% efficaces seulement.

Mieux encore, même si seulement la moitié des gens portent un masque efficace à 50%, on a une réduction des contaminations de 44%, donc quasiment la moitié.

Cette fois-ci, je t’épargne les calculs (je te mets ma source à la fin). Mais en gros c’est parce que quand la moitié des gens portent des masques, il y a une seule chance sur quatre d’avoir une interaction sans aucun masque.

En effet, il y a 4 scénarios possibles :

  1. Les deux portent un masque

  2. L’un porte un masque et pas l’autre

  3. L’un ne porte pas de masque et l’autre si

  4. Aucun ne porte un masque

Il y a donc bien un seul scénario avec aucun masque impliqué.

Ce n’est pas “tout ou rien”

Si tu passes 8 heures avec quelqu’un et que vous avez les masques pendant 7 heures, mais que vous les enlevez pendant une heure pour manger… vous avez quand même énormément réduit vos contacts sans masque.

Rappelle-toi, un virus ça ne se transmet pas en un coup. C’est une sorte de loterie macabre.

Il faut résister à la tentation de se dire “bon bah c’est mort, j’ai mangé pendant une heure avec Untel sans masque, donc maintenant autant l’enlever entre nous”.

Ça ne marche pas comme ça.

Le calcul sur les masques, expliqué simplement

J’ai trouvé que cette vidéo était à la fois simple et diablement claire. Elle est d’utilité publique. Je me suis basé dessus pour faire toute la seconde moitié de cet email.

Mais c’est encore mieux en version originale :

Une dernière chose…

J’ai une amie qui, à cause du coronavirus, ne peut pas exercer son métier de base.

D’ailleurs, en parlant à une comédienne, j’ai réalisé à quel point les salariés avaient de la chance dans ce cas de figure. Certaines personnes ont tout simplement brutalement perdu leurs revenus.

Donc si quelqu’un parmi vous a un petit boulot à lui proposer, qu’il me le fasse savoir par retour d’email. Ou directement par Whatsapp/Sms : 06 10 99 62 68

Je pense notamment à du baby-sitting, de la garde d’animaux, des cours d'anglais à domicile, etc.