Les découvertes de la semaine #42

Bienvenue dans ce format de partage. Le principe est simple : je te montre un ou plusieurs contenus que j’ai apprécié, je t’explique pourquoi et je te dis ce que j’en ai retenu.

[Vidéo Semi-Longue] La liberté d’expression - Retour sur l’affaire Tipeee

Comment j’ai découvert cette vidéo

L’un de vous me l’a envoyée en me disant de la regarder. J’étais déjà particulièrement attentif sur le sujet car j’avais été sidéré par cette affaire.

En résumé, Tipee est une plateforme permettant de financer les personnes qui créent du contenu (notamment sur YouTube mais pas que).

Son créateur a été interrogé sur son rôle dans le financement du documentaire complotiste : Hold Up. Il a alors répondu qu’il assumait tout ce qu’il y avait sur Tipee : “du plus complotiste, au moins complotiste, du plus antisémite au moins antisémite”… tant qu’il n’y a pas eu de condamnation de justice.

Évidemment ça a déclenché un tollé.

Au passage, tu remarques que la montée de l’extrême-droite dans un pays est automatiquement vectrice de débat sur la liberté d’expression. Car une des stratégies les plus systématiques de l’extrême-droite est de dire qu’on la prive de sa liberté d’expression.

On a alors des personnes de bonne foi qui se mettent à en débattre naïvement.

Les 3 choses que j’en retiens

#1 | Le concept de la liberté d’expression n’est valable que face à un État, une loi. La liberté d’expression c’est le fait de pouvoir dire ce que l’on pense sans être inquiété légalement. Ce n’est pas le cas sur tout. Par exemple, en France, nous n’avons pas le droit de tenir des propos négationnistes, des propos racistes, des propos diffamatoires, etc.

Dans ce cas là, c’est bien la liberté d’expression qui est restreinte.

#2 | Il faut différencier deux types de droits : les droits-liberté et les droits-créance.

Le droit-liberté c’est quand je peux faire quelque chose : on ne m’en empêche pas et on ne me force pas à le faire. J’ai par exemple le droit de travailler sur un ordinateur Apple.

Un droit-créance c’est le niveau au-dessus : non seulement je peux le faire, mais l’État me garantit que j’y accède. Par exemple le soin est un droit-créance : on doit me garantir que je serai soigné.

En revanche, travailler sur un ordinateur Apple ne l’est pas. Je ne peux pas exiger de l’État qu’il me donne un ordinateur Apple.

Or, la liberté d’expression ne peut pas non plus être un droit-créance. Ne serait-ce que parce que les médias sont limités. Quand on diffuse une idée on ne diffuse pas une autre idée. Donner le micro à quelqu’un c’est le retirer à quelqu’un d’autre.

Faut-il contraindre les chaînes à diffuser toute personne qui le souhaite ? Bien sûr que non. C’est leur choix.

La liberté d’expression c’est le fait que l’état ne viendra pas t’empêcher. Tant que tu trouves un diffuseur, tu peux avoir une diffusion.

#3 | Par conséquent, diffuser un contenu soupçonné d’antisémitisme ce n’est pas être un héros de la liberté d’expression, c’est bien porter une ligne éditoriale.

D’autant plus sachant que ce n’est pas la seule plateforme de financement. La question de YouTube est plus complexe. YouTube a un quasi-monopole donc sa responsabilité est plus grande. On peut comprendre que YouTube soit plus indulgent car couper un contenu de sa plateforme revient quasiment à l’empêcher d’être présent.

Ce n’est pas le cas sur Tipee, on peut aller sur d’autres plateformes concurrentes.

D’ailleurs l’hypocrisie de Tipee se révèle au grand jour avec son comportement vis-à-vis des contenus pornos qui sont bannis. Comme quoi, Tipee sait très bien retirer du contenu quand ça le dérange. Même quand ce contenu est légal.

Pourquoi tu devrais la regarder à ton tour ?

Parce qu’en ce moment c’est plus que jamais une nécessité d’être solide sur cet appui : la liberté d’expression n’est pas le droit de parler quand on veut ou où veut. La liberté d’expression est le fait de ne pas craindre qu’un état me punisse pour ce que je dis.