Les découvertes de la semaine #34 - 1 vidéo, 1 podcast

Bienvenue dans ce nouvel épisode des découvertes de la semaine.

Mais avant de commencer, deux choses.

La première chose c’est qu’on accueille quasiment 150 nouvelles personnes cette semaine. Bienvenue à elles ! J’ai toujours un peu la pression avec les gros pics d’abonnements. Parce qu’ils souvent lieu suite à des articles qui deviennent “viraux”. Du coup, c’est toujours sur des sujets politiques. La dernière fois que c’est arrivé, en Juin, c’était mon article sur le racisme expliqué à mes amis. Là c’est sur un article qui parle de l’extrême-droite (et qui m’a d’ailleurs valu quelques insultes racistes : la boucle est bouclée).

Mais, ici, on ne parle pas que de politique. Il n’y a pas de thème particulier. Je parle de tout ce qui me passe par la tête. Avec une seule directive : proposer un contenu intemporel, utile et épanouissant.

Tu me diras… ça fait trois directives, non ?

Si tu fais partie des personnes nouvelles, tu peux découvrir les anciens emails en tapant “Atelier Galita” dans Google (ou en appuyant sur le petit coeur que tu vois dans l’email, puis sur le logo).

L’Atelier est autofinancé par vous. Il n’y aura jamais de publicité ou de placement de produit. Mes deux sources principales sont les abonnements premium et les formations que je vous propose environ une fois par mois.

La deuxième chose, c’est que le live de questions réponses sur le Syndrome de L’Imposteur aura lieu aujourd’hui à 12h30. Je t’enverrai le lien une heure avant, puis un rappel quelques minutes avant.

Cette longue introduction étant passée, place aux découvertes de la semaine.

La troisième chose c’est que je me suis endormi devant cet email avant de l’envoyer…donc tu le reçois en retard au lieu de 09h.


[Vidéo semi-courte] Pourquoi on ne peut pas comparer les taux d’efficacité des vaccins ?

Comment j’ai découvert cette vidéo ?

Elle m’a été envoyée par l’un d’entre vous. Au début, je n’avais pas envie de cliquer. Après tout… on a déjà suffisamment parlé de vaccins, non ? Que peut-on dire de nouveau ? On sait : Pfizer/Moderna sont les meilleurs vaccins et AstraZeneca c’est moins bien mais satisfaisant. Non ?

Non.

J’étais dans l’erreur. La claque a été immédiate.

Les 3 choses que j’en retiens

#1 | On ne peut pas comparer les taux d’efficacité des vaccins. En fait, quand on te dit que Pfizer et Moderna ont une efficacité de 94%, ça veut dire que les personnes qui ont reçu ce vaccin pendant les tests ont eu 94% de chances en moins d’être contaminée par le virus.

Alors que, dans le cas d’AstraZeneca et Johnson & Johnson c’est 66% de chances en moins. Pas mal… mais pas ouf.

Mais du coup… quel est le problème ? Ces phrases sont fausses ?

Non. Mais pourtant, ça ne suffit pas à avoir une vision claire de la situation.

#2 | Les vaccins n’ont pas été créé au même moment de l’épidémie. Je me demandais pourquoi les autorités de quasiment tous les pays semblaient utiliser le vaccin AstraZeneca sans rechigner. C’est parce qu’en fait le chiffre de 66% n’a pas du tout été obtenu dans les mêmes conditions que le chiffre de 94%. Pfizer et Moderna ont été testé à l’été 2020, quand il y avait très peu de cas. Alors que le vaccin Johnson & Johnson a été testé à l’automne, quand il y avait beaucoup plus d’infections et, surtout, des variants.

Par conséquent, rien ne dit que Pfizer et Moderna n’auraient pas obtenu également 66% dans ces conditions.

#3 | Mais attends… ça veut dire qu’en fait les meilleurs vaccins sont pas si bons que ça ? Non. Pas de panique. Voici l’excellente nouvelle. En fait, les vaccins ont été efficaces à 100% pendant les tests.

Je comprends plus rien, on parlait de 66% et 94%, maintenant tu dis 100 ?

Oui. Parce qu’en fait les chiffres de 66 et 94% sont les taux de réduction d’infection. Mais le vaccin ne protège pas uniquement contre l’infection : il protège également contre les formes graves. Or, à ce jeu là c’est un perfect : tous les vaccins ont protégé de l’hospitalisation et de la mort.

Certaines personnes vaccinées sont tombées malades. Mais aucune n’a fait de forme grave.

C’est, le plus important. Ça veut dire que tous les vaccins permettent de mettre fin à cette pandémie.

Pourquoi tu devrais la découvrir à ton tour ?

C’est crucial. C’est dommage qu’on en parle pas plus.


[Podcast] Le plan cul et la vieille fille à chats

Comment j’ai découvert ce podcast ?

Ma muse me l’a fait écouter.

Les 3 choses que j’en retiens

#1 | On devrait arrêter de dire “tu vas finir seul/seule”. Je t’en ai déjà parlé dans l’email de mardi. C’est dramatique de parler comme ça. Comme si les amis ne comptaient pas ? Comme s’il s’agissait de bouche-trous avant de trouver la seule relation qui compte. Comme si c’était forcément la meilleure relation. On peut être en couple et se sentir seuls. On peut être célibataire et être très entourés.

#2 | L’expression “plan cul” est immonde et souvent fausse. On en reparlera, j’ai préparé un email entier sur le sujet. Mais c’est encore un effet secondaire de la sacralisation du couple. On ne perçoit plus les nuances possibles. On voit le monde en couples plans cul. Ce qui a des conséquences désastreuses sur nos relations.

#3 | Coucher ensemble ne devrait pas être une raison de se maltraiter. Cette phrase a l’air lunaire quand je l’écris. Pourtant c’est ce qu’on fait. Sous prétexte qu’on couche ensemble et qu’on ne veut pas s’attacher (parce qu’on ne connaît que les couples et les plans cul) on se permet des comportements odieux. Alors qu’il suffirait juste d’avoir une discussion franche. Là aussi, on en reparlera.

Pourquoi tu devrais la découvrir à ton tour ?

J’ai vraiment adoré cet épisode. Il m’a éclairé sur plein de notions que j’avais en moi mais que je n’articulais pas forcément aussi bien. Ceci dit… ne l’écoute pas si tu veux garder la surprise : j’ai prévu encore 4 emails inspirés de ce podcast.


Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Je te dis à tout à l’heure pour le live, ou à lundi pour le prochain email.

Sauf si tu es premium, auquel cas on se donne rendez-vous demain matin pour les tweets de la semaine.