Les découvertes de la semaine #32 - 1 Insta, 1 vidéo

Avant de commencer, n’oublie pas que c’est ta dernière chance de profiter de l’offre d’essai premium. 30 jours gratuits pour voir si ça te plaît, puis ensuite un tarif préférentiel. Et c’est par ici :

Je veux essayer le premium

L’offre est valable jusqu’à 23h59.

Ceci étant dit revenons à nos moutons :

Bienvenue dans cette nouvelle édition des découvertes de la semaine. Comme d’habitude, je vais te partager des contenus qui m’ont marqué, avec 3 points à retenir à chaque fois.

[Instagram] Anaïde Rozam : l’humoriste aux 1000 personnages

Son sketch sur le vin

Comment j’ai découvert ce compte Insta ?

J’ai vu un de ses sketchs, par hasard, sur Twitter. J’ai été voir son compte Insta, et je n’ai pas pu m’empêcher de tout regarder, pendant une heure.

Les 3 choses que j’en retiens

#1 | On peut faire des personnages sans costume, avec une seule actrice. Elle a un talent dingue. Rien qu’à sa mimique je sais quel personnage elle va faire. Entre la parisienne, la maman poule et aristocrate, le vendeur, etc.

#2 | Je ne sais pas comment je suis passé à côté. Apparemment elle est devenue super connue pendant le confinement.

#3 | Les sujets sont frais, la manière des les amener change de ce qu’on a l’habitude de voir. Le format est aussi hyper rafraichissant : une vidéo en selfie smartphone, sans éclairage particulier… pendant moins d’une minute. Souvent 30 secondes. Elle est l’exemple même que “si tu veux faire un film t’as juste besoin d’un truc qui filme”.

Pourquoi tu devrais découvrir à ton tour ?

Dur de discuter d’un contenu humoristique. Essaie et regarde si c’est ta came :

La parisienne prévoyante


[Vidéo courte] Médine, un “rappeur islamiste”

Comment j’ai découvert cette vidéo ?

L’algorithme YouTube, toujours aussi puissant.

Les 3 choses que j’en retiens

#1 | L’ignorance qui parle en se prenant pour de l’intelligence est hallucinante. Je le comprends tellement dans sa frustration. Je vis ça aussi. Notamment sur mes articles sur le racisme. C’est dur d’être pris de haut par des gens qui comprennent rien. Qui ont l’impression d’être intelligents alors qu’ils sont juste ignorants.

Y'a que du racisme systémique
Derrière leur "On ne peut plus rien dire"
Restez dans l'entre-soi médiatique
En vrai, c'est vous les vrais communautaristes

Comment on peut laisser une députée ou une ministre arriver sur un plateau, lire un bout du texte en faisant un contresens déployer toute sa morgue.

J’aime son commentaire : “personne de la presse spécialisée rap ne s’est offusquée, ça a juste permis de débusquer la presse mainstream”.

Qui, comme souvent, parle de choses sans les comprendre. Avec un ton professoral.

#2 Peut-on avoir l’esprit Charlie ? J’ai toujours senti le problème du slogan “Je suis Charlie”. Ce n’est pas pour rien si sur Twitter je l’ai détourné en “Je suis Raciste”. Il y a un double sens. Le premier c’est que j’invite chaque personne à accepter d’avoir du racisme en soi. Moi le premier. Je ne peux pas nier ma négrophobie. Mais le deuxième sens c’est d’affirmer que je pense que le mouvement Charlie est ancré dans un racisme profond et ordinaire.

Déjà parce que personne ne s’est demandé si, symboliquement, c’était pas compliqué de prendre un prénom comme ça ? On dirait un détail mais ça ne l’est pas. On a passé des années à m’expliquer que j’avais pas une tête de Nicolas (parce que je suis noir) ou que je suis un faux noir (parce que je m’appelle Nicolas) ou

- Bon, il nous faut un gaulois pour représenter la liste BDE. Qui on prend ? Ah…Nicolas Galita c’est qui ?

La photo s’affiche

- Ah…merde.

(En école de commerce je me faisais appeler “Abi”, donc peu de gens savaient que je m’appelais Nicolas).

Devant ce slogan, j’ai eu immédiatement la même réaction que Booba :

Ai-je une tête à m’appeler Charlie ? Réponds-moi franchement.

Ensuite, parce que je sentais bien que c’était la liberté d’expression pour certaines personnes. On le savait. Le rap se fait attaquer depuis des années. Youssoupha a été traîné en justice par Eric Zemmour (cette phrase me fait rire nerveusement). Donc on savait que c’était pas pour nous.

Médine y a cru… jusqu’à se retrouver empêtré dans une polémique pour une chanson où il dénonce le laïcisme.

Un exemplaire de mon disque
A fini sur le bureau du ministre
L'irrévérence et la satire
Moi, j'croyais qu'c'était pour tous les artistes

Il a (re)découvert que l’esprit Charlie on l’accepte pour les gens qui ont une tête à s’appeler Charlie, justement.

C’est jamais pour nos frères qu’on sépare l’oeuvre de l’homme

#3 | Le rap fédère et sert de soupape. On oublie le rôle du rap pour certaines personnes qui n’ont que cette poésie pour s’évader.

“C’est maître Victor Hugo qui disait qu’être contesté c’est être constaté”

Pourquoi tu devrais la découvrir à ton tour ?

Parce que le décalage entre les extraits des politiques qui commentent, et les vrais propos de l’artiste fait peur…


C’est tout pour aujourd’hui ! Je te dis à demain si tu es premium.

Je veux essayer le premium

Sinon…à lundi !