Les découvertes de la semaine #3 - 3 vidéos, 2 articles, 1 tweet

Vaginisme, Archive INA, Intelligence émotionnelle, Politiquement correct, Une analyse perturbante du management moderne

Voici le troisième épisode des découvertes de la semaine. Suite à certains de vos retours, j’ai essayé de faire un format moins touffu, moins décousu. J’espère que ça vous plaira davantage :D.

C’est parti :

[Article] Vaginisme : comment je m’en suis sortie

Le vaginisme est un mécanisme psychologique qui entraîne une contraction musculaire. Selon les cas, il empêche totalement ou partiellement la pénétration.

Ce qui est le plus dur à vivre quand votre partenaire est atteinte de vaginisme c’est l’ignorance globale de la société.

  • Les blagues : “faut aller plus fort ahahah”

  • Les conseils bienveillants mais ignorants comme “vous avez essayé de mettre du lubrifiant ?”. Un peu comme dire à une personne dépressive “t’as essayé de regarder un spectacle d’humour ?”

  • Parfois même l’incrédulité “mais non ça existe pas, elle fait ça pour cacher autre chose”.

Voilà un article qui en parle de manière éclairée et que j’aurais aimé avoir quand j’avais 20 ans. Sachant qu’une femme sur vingt (estimation la plus basse) est atteinte de vaginisme, ça nous concerne tous et toutes.

Clique ici pour lire l'article


[Tweet] Que pensez-vous des jeunes filles (archive de 1961)

Je suis toujours fasciné par ce genre d’archives. Parce qu’elles montrent à quel point on a avancé…et à quel point on n’a pas avancé.

On a avancé dans le sens où on ne dirait probablement plus aussi sereinement “la place d’une femme mariée est à la maison”. On n’a pas avancé dans le sens où ce sont les mêmes mécanismes qui sont encore à l’oeuvre aujourd’hui : “tout ça c’est la faute des temps modernes”.


[Article] 5 Skills to Help You Develop Emotional Intelligence

Fait suffisamment rare pour être remarqué : il y a une version audio. Donc je l’ai écouté à vélo.

Voici un résumé des 5 points :

1) Prendre conscience de soi, de ses émotions et des mensonges que l’on se raconte

2) Accepter qu’on ne peut pas contrôler ses émotions, on ne peut que réagir à elles

3) Comprendre que la motivation vient de l’action, et non seulement l’inverse

4) Apprendre à reconnaître les émotions chez les autres

5) Comprendre que les valeurs sont plus importantes que l’intelligence émotionnelle

Clique ici pour lire l'article


[Vidéo longue] Humour, pensée formatée et politiquement correct ? Thomas Wiesel

Comme toujours avec la chaîne Youtube Thinkerview : c’est très long. Mais ça s’écoute en faisant autre chose.

C’est le deuxième humoriste que je vois sur cette chaîne et c’est le deuxième qui répète exactement la même chose sur le “ouin ouin on peut plus rien dire”. Au contraire : on n’a jamais pu autant parler. Maintenant un humoriste fait une blague et il s’expose à une réponse. Là où on avait un monologue, on a maintenant un dialogue.

Autre point marquant : son analyse des différences entre le système politique suisse et français. Notamment en ce qui concerne notre obsession pour la centralisation à Paris.

[Vidéo courte] Thomas Wiesel - Le Forum des PME et Nestlé

Pendant l’interview précédente, Thomas Wiesel revient sur son intervention au forum des PME. Du coup ça m’a intrigué et j’ai été voir. La première moitié m’a ennuyé car la plupart des blagues visent une audience suisse. Mais à 6:42…

Un festival de 4 minutes…

Je comprends pourquoi ça a fait autant de bruit !

Je te laisse découvrir par toi-même :

Clique ici pour sauter le début

Ou clique sur la miniature pour voir tout depuis le début :


[Vidéo semi-longue] Les influences nazies du management moderne

Encore un contenu qui m’a été recommandé par Laurent Cebarec. Et heureusement sinon je n’aurais jamais cliqué dessus.

Je sais…tu dois te dire comme moi : c’est quoi ce bordel ?

Crois-moi : ça vaut le coup de cliquer. Ce n’est pas du tout ce que tu crois.

Si on doit résumer : les nazis ont développé une méthode de management qui reposaient sur l’illusion du consentement plutôt que l’autorité verticale.

C’est fou car on imagine toujours l’inverse. Plus fou encore…les nazis appelaient le modèle autoritaire “le modèle français”. Comme quoi…