Les découvertes de la semaine #29 - 1 chanson, 1 livre, 1 vidéo

Le Soundcloud de Lucile, apprendre à débuter, Olivier Roland versus (featuring) Antoine BM

Bienvenue dans ce nouvel épisode des découvertes de la semaine. Comme à chaque fois, je vais te résumer des contenus qui m’ont marqué.


Mais avant de commencer…

J’ai réussi à mettre le premier épisode du podcast sur Youtube.

Ça a été une galère sans nom. Je ne pensais pas que Youtube était si compliqué côté créateur. J’ai dû demander à des amis qui ont déjà une chaîne Youtube.

Puis ensuite, je me suis pris la tête pendant une heure pour apprendre à faire une belle vidéo qui fait des vagues sonores en même temps et pas juste une image statique. Avant de me rappeler que c’était le premier épisode et que c’était bien pour un début, une image statique.

Voici donc le premier épisode, en version YouTube :

Et en parlant de ça, voici donc la première découverte de la semaine :


[Audio ] Lucile lance son Soundcloud

Vous avez été plusieurs à me dire : “le podcast était grave cool mais on aurait voulu qu’elle chante !”

Je l’ai dit à Lucile qui s’est motivée à ne plus procrastiner un projet qu’elle avait déjà sur le feu : faire un Soundcloud pour montrer ses créations originales.

C’est encore balbutiant car elle a lancé dans l’urgence de “je vais en parler vendredi dans les découvertes de la semaine”.

Mais c’est enfin un début ! Je dis enfin, car je suis très content de la voir se jeter à l’eau encore plus. Avec notamment le choix d’un nom d’artiste : Lulea.

Voici donc son Soundcloud :

Découvrir le soundcloud

Et ça me fait une transition parfaite avec le livre que je voulais te présenter. Ça raconte l’importance de se rappeler qu’un début n’est jamais parfait et qu’il faut quand même débuter. Ne pas se laisser paralyser.


[Livre] Start Ugly : the unexpected path to everyday creativity

Comment j’ai découvert ce livre

C’est le cinquième invité du podcast Le Syndrome de La Page Noire qui me l’a recommandé quand je suis venu chez lui. Je l’ai lu d’une traite dans le train retour de Lille.

Si tu veux un indice sur lui, c’est aussi la personne avec qui tu me vois discuter sur Facebook Messenger de la chaîne Youtube.

Trois choses que je retiens

#1 | Pour créer il faut apprendre à aimer le moche. Pourquoi ? Parce que les débuts sont toujours moches. Donc si on n’aime pas la phase d’embryon, on sera toujours bloqué. Rien ne naît parfait. Personne ne juge un bébé sur des critères de beauté et d’intelligence d’adulte. Ce serait absurde. Pourtant, on le fait régulièrement avec nos projets. Alors qu’il vaut mieux apprendre à produire plein de bébés. Le job d’un artiste c’est la quantité, pas la qualité. La qualité vient justement de cette quantité qu’on affine et améliore.

#2 | Il ne faut pas se demander si c’est parfait mais si c’est une expression de soi. Plutôt que de se demander si c’est bien, l’auteur nous pousse à nous demander si c’est vraiment nous. C’est une question bien plus simple et plus pertinente. Si ce que je fais me correspond, alors je serai sur le bon chemin en l’améliorant. Bien plus que si je fais un truc techniquement parfait mais qui n’est pas moi. C’est d’ailleurs probablement la différence entre l’art et l’artisanat. L’art est une expression de soi.

#3 | Remplacer “que devrais-je faire ?” par “que puis-je faire ?”. On pense trop souvent en ce qu’on est censé faire plutôt qu’en ce qui est à notre disposition. Ça m’a fait penser à la phrase de Picasso : quand je n’ai pas de bleu, je mets du rouge. La création est un voyage et pour avancer il faut… avancer. On ne peut pas avancer en regardant en permanence l’itinéraire et où on est censé aller.

Pourquoi tu devrais lire ce livre à ton tour ?

Si tu as déjà lu The War of Art, c’est le complément parfait. Si tu ne l’as pas lu, c’est l’introduction parfaite. En plus c’est un livre court puisqu’il fait 160 pages.


[Vidéo Longue] Olivier Roland vs Antoine BM : deux business, deux visions

Si tu as suivi ma formation Mes 5 méthodes pour compléter ou remplacer son salaire, sans faire un burn-out tu as découvert cette nuance entre deux écoles de bloggeurs : ceux qui vendent des gros produits à une petite audience et ceux qui vendent des petits produits à une petite audience. Je dis nuance (alors qu’on pourrait croire qu’ils sont opposés) car ils s’opposent ensemble au modèle vendre de la pub à une énorme audience, qui est le modèle le plus connu.

Comment j’ai découvert cette vidéo

Je suis abonné aux emails d’Antoine BM.

Les 3 choses que je retiens

#1 | Il y a deux grandes écoles de la petite audience : gros produits et petits produits. La première a été popularisée en France par Olivier Roland et la seconde par Antoine BM (en tout cas c’est d’eux que je la connais). Dans un cas on fait une méga formation en ligne à un prix cher (au moins 300€ en lancement). Dans l’autre on en fait plein de petite à des prix plus réduits. Comme tu as dû le voir, je fais la seconde option.

#2 | On peut réussir en faisant deux choses opposées. J’aime beaucoup cette interview car elle montre qu’on peut réussir à aller au même endroit avec deux personnalités opposées. D’ailleurs, c’est pour ça que j’ai moi-même échoué à appliquer la méthode d’Olivier : je ne suis pas assez patient et méthodique, je me sens étouffé. Alors que la méthode des petits produits me paraît plus en accord avec une personnalité artistique. Ou plutôt, artisanale.

#3 | Personne ne prédit le futur, surtout pas les gens qui disent que ça marchera plus. À un moment, Antoine fait une objection à Olivier : “les gens vont se lasser de cette méthode de vente”. Ce à quoi il répond “on me dit ça depuis que j’ai commencé, pourtant mes ventes ne font qu’augmenter”. Je trouve que c’est très révélateur. On a cette peur que les choses ne marchent plus. Mais on oublie que la peur ne dit pas qu’il y a danger. La peur de perdre ce qu’on a est naturelle. D’ailleurs c’est une des choses importantes à comprendre sur la création de revenus : si tu as peur de manquer d’argent, tu auras toujours peur avec plus d’argent.

Pourquoi tu devrais la regarder à ton tour

Au-delà de ce que j’ai résumé, le récit du parcours d’Olivier est inspirant et les discussions sur la création de revenus sont assez fouillées. Avec son retour d’expérience.


Bonus : la vidéo sur l’introversion dans le Podcast Un Bon Moment.

Tu te rappelles, hier je t’ai dit que j’avais été inspiré par un passage du podcast et que tu pouvais le retrouver au milieu. Apparemment je n’ai pas été le seul à être touché par ce passage car ils viennent de sortir l’extrait pour en faire une vidéo à part entière. La voici :


C’est tout pour aujourd’hui. Je te dis à lundi si tu n’es pas premium. Et à demain sinon.