Les 7 obstacles qui t’empêchent d’apprendre

On voudrait tous savoir sans apprendre. Car, mine de rien, apprendre est difficile. Mais pourquoi ? J’ai ma petite idée.

Sans blague ? J’ai cru que t’allais nous dire juste “je sais pas” et repartir.

Je vais te partager les 7 plus grands obstacles à l’apprentissage, selon moi. Mais avant ça…

Le code qui te donne le droit à 423€ d’économies sur mon catalogue de formations expire ce soir à 23h59.

Clique ici pour l’activer avant qu’il ne soit trop tard

Ce soir à 23h59 ce sera terminé. Le prix aura quadruplé.

(Si tu es premium tu as le droit à encore mieux : retrouve ton code ici)

#1 | Tu n’as pas le temps

On dit souvent qu’on n’a pas le temps. Au point d’en faire le problème de tous nos problèmes. Il y a une part de mauvaise foi. Mais il y a une part de vrai. Si tu n’arrives pas à dégager le temps nécessaire à l’apprentissage… bah tu peux pas apprendre.

Pléonasme.

Après tout, le temps de lecture moyen du livre Antifragile est de 18 heures et 39 minutes selon Kindle.

Je me rappelle effectivement avoir mis au moins quinze heures pour le lire. Pendant les vacances de Noël de l’an dernier.

Effectivement, on a pas toujours 18 heures à sa disposition.

#2 | Énergie

Parfois, on dit qu’on manque de temps alors qu’on manque d’énergie. Typiquement c’est ce qui m’arrive le dimanche : j’ai énormément de mal à apprendre. Je préfère me divertir. Parce que je n’ai pas l’énergie pour autre chose.

Nous avons tous et toutes une réserve d’énergie limitée et fluctuante.

Ne parlons même pas du manque de sommeil.

Je n’arrive pas à apprendre si j’ai dormi moins de 6 heures dans une nuit.

J’ai même besoin d’au moins 8 heures de sommeil dans la nuit précédente si je veux apprendre avec un livre.

#3 | Utiliser le mauvais moyen

D’ailleurs, parlons-en. Une partie des problèmes d’apprentissage vient du choix du canal. Connais-tu ton canal d’apprentissage favori ?

Tu peux apprendre énormément sans jamais ouvrir un livre.

Par exemple, ma source d’apprentissage numéro 1 est YouTube.

Certaines de mes plus grosses claques intellectuelles sont venues de YouTube. Surtout depuis l’avènement des vulgarisateurs. Avant, il y avait principalement des Youtubeurs de divertissement. Désormais tu as énormément de Youtubeurs qui se spécialisent dans la vulgarisation d’un domaine.

#4 | Tu es snob

Dans la même lignée que le point précédent, tu as accepté l’idée selon laquelle il y a des moyens d’apprentissage supérieurs aux autres. Notamment le livre et les écoles.

Tu te dis que pour apprendre il faut soit lire beaucoup de livres, soit investir dans une formation académique.

Faux.

Tu ne me verras jamais cracher sur les livres et les écoles. Je serais très mal placé : j’adore lire et j’ai créé une école en alternance pour des élèves recruteurs.

s/o les élèves qui me lisent, d’ailleurs ^^.

En revanche, je déteste les personnes qui méprisent les autres canaux d’apprentissage. J’ai appris davantage en écoutant Booba qu’en lisant Voltaire. J’ai appris davantage en regardant Naruto que dans certains cours d’école de commerce. J’ai appris davantage en regardant Star Wars épisode III qu’en allant voir du Molière.

Parce qu’il est quasiment impossible d’apprendre en s’ennuyant. Choisis donc les choses qui te stimulent le plus plutôt que les choses qu’on est censé apprendre parce que c’est prestigieux.

#5 | Tu penses que tu n’en as pas besoin

Pourquoi apprendre la photographie si tu ne veux pas devenir photographe ? Pourquoi apprendre la psychologie si tu as un métier sans rapport ?

Pour rien !

Je répète : pour rien.

Juste le kiff.

Voilà le grand secret : il y a deux situations où on apprend énormément. La première c’est quand on a un besoin immédiat de la compétence. Mais que faire quand ce n’est pas le cas ? Simple : la deuxième c’est simplement quand on fait ça pour le plaisir de le faire.

Tu te rappelles de mes claques intellectuelles sur YouTube ? En 2012 j’étais en Pologne, affalé dans mon lit en rentrant de soirée. Quand d’un coup j’ai été aspiré par une conférence sur YouTube. Un jour je t’en parlerai. Dedans, le conférencier démontrait que la seule manière de réussir à l’école quand on avait des parents pauvres était d’aimer l’école. Parfois, sans qu’on sache expliquer pourquoi, des élèves se prennent d’amour pour l’école. Ces élèves ont toujours des résultats surpassant ce à quoi leur classe sociale les prédestinait.

Je sais : mon secret est décevant. Mais rassurant à la fois. Plutôt que d’essayer de trouver des savoirs que tu vas instrumentaliser, essaie de trouver des savoirs que tu vas kiffer apprendre.

#6 | Fixed mindset

Carol Dweck est docteure en psychologie sociale. Elle a étudié l’apprentissage et en a retiré une conclusion : il y a deux types d’état d’esprit face à l’apprentissage.

Les gens qui ont un “fixed mindset” et ceux qui ont un “growth mindset”.

Dur à traduire… mentalité fixe et mentalité de progrès ?

Les gens qui ont une mentalité fixe croient que le talent et l’intelligence sont des traits génétiques ou innés. On a du talent ou on en n’a pas. Tu peux apprendre le chinois* ou tu ne peux pas. Il n’y a rien que tu puisses faire pour changer ça car c’est ta destinée.

*dans le texte original c’est “tu peux apprendre le français”. Mais a priori tu parles français, toi.

Dweck a découvert que les gens avec une mentalité fixe ont tendance à concentrer leurs efforts sur des tâches à haute probabilité de succès, car ils ont besoin d’avoir l’air intelligent. Ils fuient les missions qui semblent difficiles. Ils fuient les obstacles, ignorent les critiques et se sentent menacés par le succès des autres. Ils ont aussi tendance à ne rien essayer de nouveau, par peur d’échouer

Pire encore, elle a mené l’expérience suivante sur des enfants :

Dweck et ses collègues ont donné le choix à des enfants de quatre ans : ils pouvaient soit refaire un puzzle facile, soit passer à un plus difficile. Les enfants qui avaient montré précédemment des mentalités fixes ont préféré choisir de refaire le puzzle facile alors que les enfants avec une mentalité de progrès n’ont pas compris cette option. Pourquoi quelqu’un voudrait refaire le même puzzle encore et encore et ne rien apprendre de nouveau ? Les enfants à mentalité fixe étaient concentrés sur les résultats qui leur garantiraient du succès et leur donneraient l’air intelligent. Les enfans à mentalité de progrès voulaient entraîner leurs facultés

Tu l’as compris : si tu as une mentalité fixe, il est douloureux d’apprendre.

#7 | La douleur d’apprendre

Pourquoi est-ce si douloureux d’apprendre ? Parce qu’il faut passer par un état où on a l’air bête. L’état d’ignorance.

Certaines personnes n’arrivent pas à surmonter cette douleur.

Mauvaise nouvelle : on a tous cette douleur. Ça fait même physiquement mal au cerveau d’apprendre un nouveau truc.

Bonne nouvelle : la douleur diminue à l’entraînement. En ce sens ça fonctionne comme un muscle. Plus on pratique, moins c’est dur.

Bonus : apprendre coûte cher

Reprendre les études peut coûter des milliers d’euros. Certaines formations en ligne coûtent aussi des centaines, voire des milliers d’euros.

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour toi. Tu me vois venir, n’est-ce pas ?

La bonne c’est qu’aujourd’hui tu peux profiter d’une promo sur mon catalogue de formations.

La mauvaise c’est que demain tu ne pourras plus. Ou alors que tu ne peux déjà plus car tu as lu cet email trop tard.

Je veux voir le catalogue

J’ai pensé ces formation en répondant aux 7 obstacles

Bien sûr, je m’applique à moi-même ce que je te raconte. Si j’estime que ce sont les 7 obstacles les plus courants, il est normal de penser mes formations en fonction.

#1 | Tu n’as pas le temps

Ces formations durent moins d’une heure et demie. Comme un petit film. Tu peux en faire deux en trois heures. Tu peux même faire les 6 en une journée si tu fais du binge-watching.

#2 | Tu n’as pas d’énergie

Le format vidéo est le plus simple à consommer, celui qui demande le moins d’énergie. Quand je suis fatigué, j’écoute des formations en me douchant. Je n’aurais pas l’énergie d’un livre. Mais je peux consommer une formation. Parfois j’en regarde en mangeant. Ça a remplacé mes séries Netflix.

#3 | Utiliser le mauvais moyen

Le format vidéo est un des plus complets puisqu’il réunit la vue et l’audition. Sans compter que quasiment toutes mes formations sont des résumés de plusieurs livres. Donc tu as un condensé de mes lectures.

#4 | Tu es snob

En vrai… je crois que je ne réponds pas vraiment à ça. Sauf à te redire que je m’appuie quasiment toujours sur des livres pour mes formations.

#5 | Tu penses que tu n’en as pas besoin

Tu vas voir, j’ai pensé ça de manière ludique. C’est comme si j’étais dans ton salon à discuter. Il n’y a (quasiment) pas de montage ou de slides. Je discute simplement devant la caméra.

#6 | Fixed mindset

Là c’est simple, il faut que commence par ma formation : comment devenir expert d’un sujet en 3 mois, qui devrait te débloquer à ce niveau.

#7 | La douleur d’apprendre

Pense à ça comme un snack d’apprentissage. Pas de pression, personne ne te voit.

Je n’ai rien à rajouter si ce n’est à tout de suite :

Voilà le code pour profiter de la réduction d’aujourd’hui. Il faut l’utiliser avant ce soir à 23h59. Après ça, le prix reviendra au quadruple :

https://nicolasgalita.podia.com/?coupon=NOEL1