Le texte danse avec les photos #2

Le dernier Galita

Bienvenue dans ce deuxième épisode de ce concept particulier. Si tu viens de nous rejoindre je t’invite à d’abord aller lire le premier épisode.

Lire le premier épisode

Pour ce deuxième épisode, on enchaîne donc avec la photo que vous avez choisie.

Comme pour le premier, je t’invite à lire jusqu’au bout pour :

  1. Voter pour la prochaine photo

  2. Proposer une photo pour le prochain vote


Le dernier Galita

- Regarde, Léna, j'ai une idée de photo. Si on fait croire que la colline est droite, ça va donner l'impression que la maison est penchée.

- Tu penses ?

- Oui, regarde ... je redresse l'herbe et ... tada !

- J'avoue ! C'est dingue ce qu'on peut faire avec un montage.

Quelques verres d'alcool plus tard.

- T'as vu le dernier roman de Galita ?

- Non ? Ça parle de quoi ?

- Je sais pas, c'est ultra chelou.

- En même temps c'est du Galita, c'est pas toujours chelou ?

- Ouais mais là, vraiment. Ça raconte l'histoire de deux femmes. Mais je saurais même pas décrire plus que ça...

- À ce point ?

- Oui, parce que y'en a une qui s'occupe d'une enfant. Et une autre qui tue quelqu'un. Mais on comprend pas trop où ça va.

- Ah mais c'est genre une écriture polyphonique ?

- Tout à fait ! Comment tu sais ça ?

- J'avais une professeure de littérature incroyable au Lycée, elle s'appelait Madame Feliu.

- Et bah voilà : c'est polyphonique. En italique c'est l'histoire d'une femme. Et en normal c'est l'histoire de l'autre. Y'a des motifs de répétitions un peu chelous aussi, je sais pas pourquoi.

- Intéressant ! Et tu penses que ça va parler de quoi ?

- Je crois que les deux femmes ont un lien. Mais je ne comprends pas lequel. Je ne sais même pas si les deux histoires ont lieu au même moment.

- Ça me fait penser à un livre que ma prof m'avait fait lire justement : Tarentule. Il est dingue. Pareil : polyphonie et décalage temporel.

- En fait j'ai deux hypothèses ...

- Raconte ?

- Soit c'est une mère qui retrouve son ex mari pour le tuer car il a fait un truc horrible à son enfant et l'autre femme est en fait la mère de l'ex mari...

- Ah oui du coup y'a un récit dans le présent et un récit dans le passé ?

- Oui, le récit sur l'enfance de l'ex mari servirait donc à montrer la banalité du mal. Ça expliquerait les motifs rythmiques "comme tous les enfants".

- Ok, et la deuxième hypothèse ?

- Ou alors rien à voir et ce sont deux histoires en parallèle dont on comprendra le lien uniquement à la fin. Peut-être que ça se passe exactement en même temps et qu'à un moment les deux histoires vont fusionner.

- Ah oui, j'avoue.

- Enfin bref, à la base je voulais te voir pour te parler d'un truc...

- Hein ?

- Ouais ... en fait, Élodie est enceinte

- Félicitations !

- Pas vraiment...


Le sommaire complet

Chapitre 1 : comme tous les enfants, comme tous les parents

Chapitre 2 : le dernier Galita

Chapitre 3 : les maternités sont un manège fade

Chapitre 4 : l’alcool est doux comme la mort

Chapitre 5 : la gloire ne soigne pas les blessures


Vote pour la prochaine

Trois personnes m’ont proposé une photo, hier. Il est donc venu le temps de les départager.

Photo A


Photo B


Photo C


Photo D



Dis-moi, en commentaire, laquelle tu préfères. A, B, C ou D ?

Accéder aux commentaires


Et maintenant… propose moi une photo !

Si tu veux participer, à l’épisode 3, tu peux me proposer une photo. Comment ? En me répondant directement par retour d’email. Ou sur Twitter : @nicolasgalita

Si tout se passe bien, on la soumettra au vote, demain, à la fin du prochain texte.

À demain :D