L'automne ne commence pas le 21 septembre

Légende urbaine #3

Bienvenue dans ce troisième épisode des Légendes Urbaines. Cette fois on va s’attaquer à un truc tout bête mais qui me rend fou : faire commencer l’été le 21 juin, l’hiver le 21 décembre, l’automne le 21 septembre et le printemps le 21 mars.

C’est à cause de cette confusion qu’on dit chaque année “il n’y a plus de saisons !”

Alors qu’en fait… si. Simplement, le soleil n’obéit pas à nos caprices : l’été commence le 1er juin et fini le 31 août. Chaque année… qu’on le veuille ou non.

Quand commencent vraiment les saisons ?

En réalité, les saisons commencent tout simplement au premier jour du mois. C’est même comme ça qu’on a fabriqué le système de mois. Comme quoi… nos ancêtres n’étaient pas si bêtes !

Nous utilisons le calendrier julien (celui de Jules César). Avant ce calendrier, les romains utilisaient un calendrier lunaire et bordélique. Celui-ci est solaire et régulier.

D’ailleurs, l’année où on a introduit ce calendrier, il a fallu faire une année de 445 jours pour resynchroniser correctement le calendrier avec le soleil. Donc il existe une année (l’an 46 av. J.-C) qui dure un an et demi !

C’est aussi à ce moment qu’on a compris que l’année faisait 365,25 jours et qu’il fallait donc rajouter un jour tous les quatre ans.

Pour revenir à notre sujet, Jules César a donc introduit un calendrier qui décrit quatre saisons.

L’été : juin, juillet, août

L’automne : septembre, octobre, novembre

L’hiver : décembre, janvier, février

Le printemps : mars, avril, mai

Pratique, non ? Quatre saisons, douze mois, donc trois mois par saison.

Tu remarques au passage que, comme par hasard, môssieur César a donné son nom à un mois d’été (juillet) et non pas un mois d’hiver. Pas folle la guêpe.

Mais alors, que se passe-t-il le 21 septembre ou le 21 juin ?

Il s’agit des solstices et des équinoxes. C’est là que commence la confusion.

Qu’est-ce que le solstice d’été ? C’est le jour de l’année le plus long.

Qu’est-ce que les équinoxes ? Ce sont les deux jours où la journée dure autant de temps que la nuit.

Par conséquent, le solstice est un pic. C’est-à-dire que le jour d’avant et le jour d’après durent à peu près autant de temps.

L’été ne peut donc pas commencer là. Ça devrait être le jour du milieu ?

Exactement.

Sauf que… tu remarques que le solstice d’été n’est pas le 15 juillet, mais trois semaines avant : le 21 juin.

Où est l’arnaque ?

En fait il y a trois définitions de l’été possibles

La première définition c’est l’été calendaire. L’été calendaire commence effectivement traditionnellement le jour du solstice d’été. Pour plein de raisons. Notamment l’existence de fêtes comme Noël qui, à l’origine, célébrait le solstice d’hiver. Mais quelle est la définition de l’été calendaire ?

L’été calendaire c’est l’été calendaire. C’est comme ça et pas autrement. Il a été dicté.

Autant dire qu’il ne nous intéresse pas pour comprendre le monde. Dans le calendrier celtique l’été commençait le 1er mai. Dans le calendrier chinois l’été débute le 6 mai. Dans le calendrier français l’été commence le 21 juin. Sauf que … le soleil se fout de ce qui a été dicté par les humains.

La deuxième définition c’est l’été astronomique. Si on définit l’été comme étant les 25% de jours les plus longs de l’année alors le solstice d’été est pile le milieu. On a le jour le plus long au milieu. Au début de l’été les jours se rallongent jusqu’au jour max (le solstice) puis à partir de là ils raccourcissent.

L’été astronomique commence donc environ le 7 mai et finit environ le 7 août.

Sauf que… ça ne correspond pas à ce que la plupart d’entre nous voulons dire par été. Le 10 août c’est l’automne astronomique. Mais personne n’accepterait de dire qu’on est en automne, le 10 août. On sent bien que ça marche pas. Mais pourquoi ?

Parce que ce qui nous intéresse c’est le troisième été.

La troisième définition c’est l’été météorologique. C’est-à-dire les 25% de jours les plus chauds. A priori, quand on dit “été”, on pense à ça. Comme tu le sais déjà, l’été tombe pile sur juin, juillet et août. Non pas par coïncidence mais bien parce que les scientifiques de l’empire romain les ont positionné pile dessus.

Mais pourquoi y’a-t-il ce décalage de trois semaines avec l’été astronomique ?

Le site de météo france nous donne la réponse :

Samedi 20 juin sera le premier jour de l'été... calendaire ! En météorologie, l'été a débuté le 1er juin !

(…)

Pourquoi un tel décalage ?

Prenons comme exemple l'été. En météorologie, l'été correspond à la période de l'année la plus chaude. La durée d'ensoleillement maximale se situe autour du solstice d'été (20 ou 21 juin). Mais en raison de l'inertie de l'atmosphère, ce n'est qu'environ trois semaines plus tard que la température moyenne est généralement à son maximum, c'est-à-dire à la mi-juillet. On considère que ce moment correspond au milieu de l'été. Ainsi, en météorologie, l'été commence début juin et s'achève fin août.

Voilà. Les trois semaines de décalage vient du fait que le soleil met trois semaines à réchauffer entièrement l’atmosphère.

C’est beaucoup plus logique, non ?

J’écris un samedi 5 septembre. Il fait 21 degrés à Paris, au pic de chaleur de la journée. Le pic était à 29 degrés le 25 août. Il y a deux semaines. La dégringolade a commencé le 28 août.

J’ai entendu des gens s’étonner en se disant que l’été était pourri. Non : c’est simplement la transition vers l’automne. Ça se produit chaque année au moins depuis Jules César.

D’ailleurs, quand j’étais petit, je ne comprenais pas pourquoi l’automne était une saison plus froide que le printemps. Ça devrait être symétrique.

Et bien en fait ça l’est. Une fois qu’on recalibre tout correctement on voit qu’effectivement le mois de septembre (premier mois de l’automne) est comparable à mai (le dernier mois du printemps).

De même le mois de novembre (dernier mois de l’automne) est comparable au mois de mars (premier mois du printemps).

Alors que si on commence au 21, ça donne :

Le premier jour du mois de l’automne (21 septembre) est comparable au dernier jour du mois du printemps (20 juin).

D’un coup ça ne marche plus du tout. Il fait bien plus chaud le 20 juin que le 21 septembre.

Ou alors ça donne :

Le dernier jour du mois de l’automne (20 décembre) est comparable au premier jour du mois du printemps (21 mars).

Encore une fois ça ne marche pas du tout : il fait bien plus chaud le 21 mars que le 20 décembre.

Maintenant tu sais pourquoi…