L'argent n'est pas de droite

Hier je t’expliquais qu’une partie du jeu était distribué dès la naissance.

Un enfant de cadre a 70% de réussir à se maintenir dans une haute classe sociale. Un enfant d’ouvrier a 70% de chances d’échouer à monter de classe sociale.

Mais… si tu as déjà joué au poker, tu sais qu’on peut gagner la partie même avec un jeu inférieur. Il nous reste une marge de manoeuvre.

Sauf que… ça ne suffit pas.

Une partie importante des enfants d’ouvriers qui ont des bons résultats scolaires, renoncent à faire des études supérieures. Notamment à cause de la durée des études.

Ce qui veut dire que, même quand ils sont sur le point d’y arriver, ils peuvent abandonner.

J’ai une camarade de classe dont le père avait essayé de la dissuader de faire une prépa. Car il se disait qu’un BTS c’était plus concret, plus sûr.

La solution n’est pas de bouder les études…

En lisant ça, tu te dis probablement : il faut inciter les enfants de classes populaires à poursuivre les études. Leur expliquer qu’on a plus de chance d’avoir un emploi (et mieux rémunéré) avec un bac+5 d’école d’ingénieur qu’avec un BTS.

Tu ne te dis pas : il faut bouder les études.

Ça t’aurait probablement l’air ridicule, non ?

On comprend tous qu’accéder à davantage de culture est un atout. Parfois c’est même exagéré : on parle de la culture comme un truc divin.

… donc la solution n’est pas de bouder l’argent

Ce qui m’interroge c’est pourquoi ce qui nous paraît évident pour la culture, ne nous paraît pas évident pour l’argent ?

Quand on dit cultivez-vous, tout le monde acquiesce. Quand on dit enrichissez-vous, les réactions changent.

Qu’est-ce que l’argent ?

Avant d’aller plus loin, il nous faut tomber d’accord sur ce qu’est l’argent. Ça peut avoir l’air trivial mais ça ne l’est pas.

Pour le comprendre, on va essayer de comprendre ce qu’il y avait avant l’argent.

Imagine un monde sans argent ? Que se passerait-il ?

Il te faudrait échanger les choses directement. Par exemple 5 pommes contre 1 ananas.

Sauf que ce n’est pas pratique. Il faut savoir combien vaut chaque chose par rapport à toutes les autres.

Les sociétés ont donc fini par utiliser une chose qui permettait de s’échanger contre toutes les autres. Ça a été le sel, ça a été des coquillages…

Plutôt que de savoir combien vaut une vache en pommes, en pain… il suffit de savoir qu’une vache vaut 10 000 coquillages.

Bon bah le coquillage, ça commence à ressembler à de l’argent.

Puis, on s’est rendu compte que les coquillages étaient trop facile à trouver.

Comment on fait si quelqu’un débarque avec une montagne de coquillages ? On a donc utilisé des métaux comme l’or, l’argent, le bronze, le cuivre, bien plus dur à trouver.

Sauf que ça demande d’avoir des balances. Alors on a découpé ça en rondelles avec un poids déterminé et ça a donné des pièces de monnaie.

Enfin… un jour on s’est rendu compte qu’on pouvait remplacer le métal par une promesse de remboursement. Au début on le faisait sur de simple bouts de papier. Puis ces papiers sont devenus des billets. C’est à ça que sert la banque : elle permet de faite l’inventaire de toutes les promesses de dettes.

L’argent est donc une monnaie. Une monnaie d’échange qui nous a permis de sortir du troc.

Jusque là, ça va ? On est d’accord ?

Probablement que tu as déjà entendu cette histoire d’ailleurs. Au moins le début.

Je ne t’apprends pas grand chose.

Sauf que…

Tout ce que je viens d’écrire est faux

Allez… pas tout, tout. L’argent est bien une monnaie universelle d’échange. Mais ce que je raconte est historiquement faux.

Ça vient d’une erreur d’Adam Smith qui a essayé d’imaginer un monde sans argent.

Sauf qu’il a imaginé un monde sans argent en partant d’un monde qui a de l’argent. Si jamais l’argent s’effondrait aujourd’hui, il est vrai que nous nous mettrions à troquer.

Mais, historiquement ça n’a pas eu lieu. Les ethnologues ont cherché partout, pendant un siècle. Verdict ? Le troc n’a JAMAIS existé.

Ou en tout cas pas en tant que système majoritaire interne à une société.

Dans un sens, c’est logique. Croire que le troc a existé c’est croire qu’on est plus malins que nos ancêtres. Mais nos ancêtres n’étaient pas stupides. Ils ont bien vu que le troc était intenable.

Ils ont donc rapidement inventé l’argent. D’ailleurs, l’argent papier (la reconnaissance de dette) est apparu très très tôt.

Et, même quand ils n’avaient pas d’argent, ils utilisaient des systèmes de prêts ou de communauté. Si ton voisin, dans la tribu, a fabriqué un marteau et que tu en as besoin ponctuellement, tu ne vas pas lui acheter, tu ne vas pas lui louer : tu vas lui demander de te le prêter. Le troc n’arrive qu’en dernière instance, généralement quand tu dois échanger avec une AUTRE tribu.

Les seules sociétés qu’on a observé en train de troquer en interne sont celles qui avaient connu l’argent avant. D’ailleurs, les individus continuaient à troquer en imaginant mentalement la monnaie d’avant.

Ok… une baguette ça valait 1€ environ et un ananas ça valait 4€ environ, alors je vais échanger un ananas contre quatre baguettes.

Si le sujet t’intéresse, tout ce que je viens d’écrire est la paraphrase d’une vidéo géniale de Tzitzimitl - Esprit Critique qui s’appelle L’origine du commerce. On en reparlera.

Mais revenons à nos moutons.

L’argent existait bien avant le capitalisme

Si je te raconte l’histoire de l’argent, c’est pour que tu comprennes cette nuance fondamentale : l’argent n’est pas lié au capitalisme. Pas plus qu’un autre système économique. Les romains ne connaissaient pas le capitalisme mais ils avaient bien un système monétaire.

L’argent c’est la monnaie d’échange universelle. Le truc qui s’échange contre tous les autres trucs.

Autre point important: on se sert de l’argent quand on n’a pas suffisamment confiance en notre interlocuteur. Voilà pourquoi dans une famille on ne se sert pas de l’argent.

Le capitalisme est le système économique où la personne qui a amené le capital (par exemple la machine qui permet de travailler) décide comment on répartit les fruits du travail.

Mais ça change rien que ça soit en argent, en patates ou en avantages en nature.

Le capitalisme pourrait fonctionner sans argent. Même si ce serait très fastidieux.

De la même manière, le communisme peut fonctionner également avec de l’argent. Si on donne le même salaire à chaque personne, c’est bien un système communiste.

Peu importe ce que tu penses des systèmes économiques, tu vois bien que l’argent en lui-même est un outil neutre.

De même, l’avidité, la cupidité sont problématiques. Mais on peut vouloir de l’argent sans être cupide et on peut être avide sans système monétaire (pense à un enfant qui voudrait manger tout son gâteau d’anniversaire pour lui tout seul).

On commence à avoir besoin d’argent quand on a du stock et qu’on ne connaît plus tout le monde

L’argent est inventé dans les sociétés qui ont du stock. Si jamais la communauté se bat au jour le jour pour produire le blé qui permet de manger… on n’a pas besoin d’argent. On se partage les récoltes.

En revanche, si on invente des machines qui permettent de produire tout le blé en 3 mois… il faut décider ce qu’on fait de la production des 9 mois restants ?

Il en va de même quand la société se compose de trop d’individus. Si je n’ai pas confiance dans les promesses des autres, il faut bien un arbitre. Cet arbitre c’est l’argent.

Mais l’argent c’est pas forcément l’argent que tu connais. Ça peut être un simple bout de papier sur lequel il est écrit “je te promets de te rendre X ou Y sinon j’accepte de devenir ton esclave”.

Ce n’est pas un exemple sorti de mon imagination tordue. Certaines personnes sont devenues esclaves comme ça.

La personne qui a le plus d’argent est la personne la plus libre

Tu comprends, du même coup, que l’argent permet de jauger qui a le plus de droit sur le stock (ou la production future).

C’est un arbitre.

Voilà pourquoi certaines personnes cherchent de l’argent pour devenir libres. C’est mon cas. Je ne suis pas particulièrement avide. Je ne sais pas ce que je ferai d’un million d’euros pour moi. Je ne vois pas avec quoi je l’échangerais : je n’ai pas de si grandes envies matérielles.

En revanche je sais que ça me permettrait de choisir librement ce que je fais de mes journées. En revanche je sais que ça me permettrait de protéger mes proches.

Concernant le mouvement coopératif noir, Dubois souligne que « durant l’esclavage lui-même une sorte de quasi-coopération s’était installée avec l’achat de la liberté par les esclaves ou leurs proches ». En effet, dans certains cas, des esclaves obtenaient le droit de travailler le dimanche contre salaire et arrivaient ainsi à épargner suffisamment pour acheter leur liberté. Des anciens esclaves devenus libres et partis dans le Nord épargnaient de nouveau pour acheter la liberté de leur famille.

La lutte est aussi économique

Le rap porte ce discours depuis des années. Je pense que c’est lié à la négritude.

Contre la violente ségrégation, la domination et l’exploitation qu’elle subit, la communauté noire des États-Unis a très tôt, dès la période de l’esclavage, créé ses propres espaces organisationnels et économiques pour résister et survivre. Elle a suivi le long chemin de l’auto-organisation et manifesté une aspiration permanente à gérer ses propres affaires qui s’est incarnée sous des formes différentes en fonction du rapport de force racial et social.

On répète souvent l’expression Black Power sans la comprendre. D’ailleurs, je viens de faire un tour sur Wikipédia et c’est flagrant. Voici ce que dit le Wikipédia francophone sur le Black Power :

Le terme Black Power a été lancé par Stokely Carmichael, du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) en 1966 et recouvrait la position de divers mouvements politiques, culturels et sociaux noirs aux États-Unis, actifs principalement dans les années 1960 et les années 1970, qui luttaient contre la ségrégation raciale.

Mais voici ce que dit le Wikipédia anglophone :

Black Power" in its original political sense expresses a range of political goals, from militant self-defense against perceived racial oppression to the establishment of social institutions and a self-sufficient economy

D’un coup ça n’a plus rien à voir ! On est encore dans la minimisation des mouvements Noirs. Martin Luther King a subi la même. On en avait parlé lors d’un article. King était un militant radical et violent verbalement. Ce n’est pas pour rien qu’il a été assassiné. En France, aujourd’hui, on nous en parle comme d’une sorte de bisounours Noir.

Hasard du calendrier, la fille de Martin Luther King a tweeté ça juste après que j’ai écrit ces lignes.

C’est d’ailleurs en lisant le livre de Martin Luther King que j’ai découvert ce que voulait dire Black Power dans sa bouche. Et ça veut dire ce que dit le Wikipédia anglophone. C’est bien la prise de conscience de la nécessité de conquérir le pouvoir économique si on veut lutter contre le racisme.

Tout le monde mise sur notre division
On subit la xénophobie
Incapables de s'organiser en lobby
On sera toujours des mendiants aux portes de leur monde
Tant qu'on croira que le respect se quémande
Le respect s'impose et la lutte est économique
Observe la communauté asiatique
Nous on fait beaucoup de bruit et peu de chiffres
On donne peu de coups et on reçoit beaucoup de gifles

Kery James - Constat Amer

Ce thème est récurrent dans le rap. Le lien entre la situation économique et le racisme est une évidence pour beaucoup :

À la base on était rois, avec de l'or en guise d'habits
Ils sont venus nous piller, tout ça au nom du Christianisme
Nos croyances sont pas les nôtres, elles sont justes esclavagistes
Croix d'bois, croix d'fer, c'est pas pour autant qu'j'irai au paradis
Débarqués en France, pensant reprendre notre argent
Mais on a fait tout l'inverse, on leur en donne bien plus qu'avant
On aurait pu rester au bled, et puis reconstruire l'Afrique mais on est dus-per au nom du fric

Dinos - Les pleurs du mal

Un Noir, une femme, un enfant d’ouvrier qui devient riche c’est déjà un acte militant

Ce n’est pas pour rien si on observe une corrélation entre le taux de divorce et l’insertion des femmes dans le marché du travail. Car, comment divorcer si votre mari détient tout le pouvoir économique ? C’est tout de suite beaucoup plus dur.

Obtenir de l’argent peut donc très bien être un acte hautement militant. En soi.

Mais… ça fait déjà un email très long.

On continuera demain. Je t’expliquerai ma vision de la place de l’argent dans le militantisme.