J'ai failli tout rater

Avant de commencer, n’oublie pas que c’est le dernier jour pour profiter de la formation gratuite.

Ce serait dommage de passer à côté parce que tu as oublié de le faire. Normalement c’est le moment où je te dis que si tu hésites à acheter il vaut mieux la prendre puis te faire rembourser le cas échéant. Mais là… bah… c’est gratuit ^^.

Je m'inscris à la formation


Été 2008.

Je suis dans une salle avec deux personnes qui me font passer un entretien d’entrée en école de commerce.

Je suis comme un chat dans l’eau. J’étais manifestement le seul à ne pas savoir qu’il fallait venir en costard. Autant te dire que j’étais tout sauf à l’aise. Mais je ne me démonte pas. L’épreuve consiste à résumer un article de presse puis à débattre dessus.

Vive les millionaires

J’ai inventé le titre parce que je ne m’en rappelle plus. Mais c’était de cette teneur. En gros, l’article se réjouissait parce que la France était un des pays avec le plus de millionnaires.

Ça ne m’a pas paru si réjouissant que ça. J’ai utilisé un axe communiste pour ma critique.

Non mais vraiment… personne m’avait briefé sur les usages d’une école de commerce…

J’étais assez content de mon analyse.

Je déchante vite

J’arrive donc dans la salle avec les deux examinateurs. Je commence à dérouler. Je finis.

L’examinatrice me dit :

Mais… vous n’avez pas compris que le texte était ironique ?

J’ai senti mon estomac s’écrouler de trois étages.

Euh… non.

J’étais tellement mal parti…

Bon… comme je te l’ai raconté hier, tu sais que j’ai fini par intégrer cette école de commerce.

Parce que j’ai réussi à me rattraper. Après tout, ça n’enlevait rien à la pertinence de mon analyse. Sauf que ce que je pensais être des arguments contre l’auteur étaient en fait des arguments en connivence avec lui. Ce n’est pas non plus SI grave que ça ?

Sauf que… c’est faux. Apparemment c’était très grave. J’ai eu 8/20. Une sale note.

En fait je me suis rattrapé avec l’épreuve de maths et d’anglais où le costard comptait beaucoup moins. J’ai eu 17 et 14. J’avais déjà des points d’avance de l’écrit, je suis passé.

Il suffit de rater 5% des mots pour faire un contresens

Comment avais-je pu rater l’ironie du texte ? Rétrospectivement je m’étonne encore. Mais, en lisant des livres sur l’apprentissage j’ai fini par avoir un début de réponse.

Savais-tu que, face à un nouveau texte, il suffisait de 5% de mots que tu ne comprends pas pour que tu commences à faire des contresens ? 5% c’est peu, c’est un mot sur vingt.

Ce phénomène explique pourquoi il est si dur de lire en anglais sur un sujet technique qu’on ne maîtrise pas.

“Il y a un consensus dans la psychologie cognitive : il faut de la connaissance pour accumuler de la connaissance. Ceux qui répudient les cours remplis de faits sous prétexte que les enfants peuvent toujours aller chercher sur Internet, passent à côté du paradoxe qui fait que faire l’impasse sur les connaissances factuelles empêche en fait les enfants de chercher efficacement.

Se concentrer sur les compétences de recherche aux dépens d’enseigner les connaissances factuelles, entrave la capacité des enfants d’apprendre à apprendre. Oui, Internet a mis une quantité astronomique d’information à portée de doigt.

Mais pour être capable d’utiliser cette information, de l’absorber, de l’ajouter à nos connaissances, nous devant déjà avoir un stock de connaissance. C’est le paradoxe révélé par les recherches cognitives”

Pour accumuler des connaissances sur un sujet, il faut donc commencer par en explorer le lexique.

Ma sainte trinité d’exploration

Quel que soit le nouveau sujet que je désire apprendre, je commence donc par partir à la recherche de ce lexique. Par exemple, en recrutement, sans le mot sourcing, j’étais bloqué. Une fois que j’avais débloqué ce mot, j’ai immédiatement débloqué celui de recherches booléennes et j’ai fait des pas de géants.

De même, si tu veux apprendre à écrire des publicités, des messages de vente, il te faudra débloquer le mot copywriting, qui t’emmènera à des dizaines d’autres concepts.

Du coup, je commence toujours de la même manière. Je prends mon premier mot-clé et je le mets dans Google, Wikipédia et YouTube.

Je suis rarement déçu. C’est une trinité qui se complète super bien. Je passe généralement ensuite quelques heures à regarder des vidéos, lire des articles, etc.

Je note au fur et à mesure ce que j’apprends. Mais pas n’importe comment.

Comment prendre des notes efficacement quand on apprend ?

Il y a plusieurs méthodes. Mais je ne vais pas te les dévoiler ici. Sinon ça va te spoiler ma formation : Comment devenir expert d’un sujet en 3 mois ?

Pour rappel, cette formation est gratuite jusqu’à ce soir 23h59. Ensuite, je la remet à son prix d’origine de 79€.

C’est donc le moment jamais pour t’inscrire :

https://ateliergalita.lpages.co/formation-gratuite/

Si c’est déjà fait, tu peux m’aider en la partageant par email autour de toi. Pour ce faire, il te suffit d’utiliser ce bouton :

Je partage