[Featuring] Tu ne manques pas de choix. Tu manques de décision.

Aujourd’hui je te propose un nouveau format !

Il s’agit d’inviter dans l’Atelier quelqu’un dont j’aime bien l’écriture et qui a une newsletter. En l’occurrence : Mohamed Achahbar.

Au même moment, Mohamed m’invite dans sa newsletter. On fait donc un échange de public.

La micro-pensée du jour a donc été envoyé à ses abonnés à lui. Je te donne le lien à la fin pour y accéder.

Mais avant…place à Mohamed !


Tu ne manques pas de choix. Tu manques de décision.

Y a quelques semaines, Nicolas m’a proposé un feat.

Je me suis dit, direct :

“Aaaah la classe ! ça fait R.A.P ! Vas-y, on fait !”

Oui, “on”, car j’habite à plusieurs dans ma tête ^^

Et résultat, ça a donné : chacun écrit une chose unique pour la communauté de l’autre.

DEAL

Maintenant, je ne savais pas quoi t’écrire. Alors, j’ai demandé à Nico de choisir.

Parmi ces choix, une de ses punchlines dans une “Micro-Pensée”. Elle m’a marqué la tête comme un tampon sur un bureau de poste :

Plutôt que de se demander si elles ont choisi, il vaut mieux se demander si elles ont décidé.

Alors, oui, aujourd’hui, je te parle de choix et décisions.

Mieux, je te dis pourquoi tu ne manques pas de choix mais, tu manques de décision.


As-tu déjà passé plus de temps à choisir un film, une série, un truc à regarder …que le temps, justement, à regarder ton programme ?

Celles et ceux ont vécu cette situation, lèvent la main !

Allez, plus haut la main  

T’inquiète, tu n’es pas seul.e.

Quant aux autres, vous êtes des mythos :P  

Mais, ce n’est pas fini : y a pire dans cette histoire !

Même si tu galère à choisir, il arrive un moment où tu bascules sur un truc qui n’a plus rien à voir avec ta première intention.

Admettons que tu veuilles regarder un film d’action, style “Transformers” ou “Fast and Furious”. T’arrives pas à te décider et du coup, tu sais ce qui va se passer ?

Tu vas finir sur regarder un petit film coréen voire, par trainer sur ton smartphone.

Alors, qu’à la base, tout ce que tu voulais, c’est juste regarder un film d’action.

Comment t’as fini par renoncer à ces choix ?

Pourquoi ça nous fait ça ?

Je vais te le dire en gras :

Parce que tu as le choix.

Ouep, raconté comme ça, c’est comme dire que la Joconde a un double menton, et pourtant …

… le choix est un poison à la décision.

Tu pourrais croire que la liberté est dans le choix. 

Faux, il n’en est rien. 

La liberté est dans la décision.

Je m’explique  

Imagine une prison où chacun des barreaux est un choix. Pour t’en libérer, t’as juste à prendre un barreau. 

Juste ça : prendre un barreau et, tu sors.

Aparté

Pas un hasard du langage si on dit « prendre une décision » et « faire un choix » dans l’autre.

Du coup, pour te sortir de là, t’as juste à prendre un barreau mais, parfois, tu renonces. Tu renonces car tu ne sais pas quel barreau prendre. Pourtant, tous les barreaux sont identiques. Il suffit juste d’en prendre un. Seulement voilà, tu restes prisonnier des choix et options devant toi.

Oui, les vilains choix.

Tu sais pourquoi ?

Car ton exigence, face à des choix de portée identique, augmente.

C’est paradoxal, non ?

Tu pourrais croire, puisque c’est pareil : allons-y !

Bah non.

En fait, plus tu te mets à réfléchir à tes options et, plus ton exigence augmente. Le soucis ? elle augmente souvent à un point où elle ne sera pas satisfaite. Alors, quand elle franchit cette frontière, tu reste indécis.e puis, change pour un objet où ton exigence sera plus faible.

Par exemple, quand tu n’as pu te décider entre Transformers ou Fast and Furious ou tout autre film d’action, tu finis par préférer un film d’auteur coréen. Ton exigence pour celui-ci est moindre.

Tu comprends alors mieux en quoi les choix t’emprisonnent plus qu’ils ne te libèrent.

Seule la décision libère.

En effet, la liberté n’est pas tellement dans la quantité de choix à ta disposition mais dans la quantité de décisions que tu prends. En cela, tu es dans un jeu où plus tu décides et, plus tu deviens libre.

La bonne nouvelle là-dedans, c’est que ton pouvoir de décision n’a rien à voir avec la quantité de choix. La preuve, même en l’absence de choix, tu peux encore décider comme l’a justement remarqué Nicolas.

Mieux, il y a une relation inverse entre choix et décision : plus y a de choix et, moins tu prends de décisions. Donc, quelque soit ta situation, tu ne manques pas de choix, non, mais de décision.

Pourquoi ?

Parce que “choisir, c’est renoncer” ?

Non, en vérité, “choisir, c’est avancer” voire mieux “décider, c’est avancer”.

Alors, tu décides quoi ?

Perso, j’ai décidé de regarder Bob l’Éponge  


😂😂😂 Cette conclusion était scandaleuse. Je ne regrette pas une seule seconde d’avoir invité Mohamed ! Rien que pour ça, ça valait le coup.

J’espère que ça t’a plu ? Exceptionnellement j’ouvre les commentaires à tout le monde (et non pas seulement aux premium) donc hésite pas à dire ce que tu en as pensé ? Est-ce que tu aimerais que je continue à inviter des gens ?

Où trouver la micro-pensée du jour ?

Comme promis, tu vas pouvoir découvrir la micro-pensée que j’aurais dû t’envoyer. Elle est disponible en cliquant sur ce bouton :

Je veux voir la micro-pensée

Si tu viens de la part de Mohamed

Si tu ne faisais pas partie des abonnés de l’Atelier et que tu es ici parce que tu as lu ma micro-pensée dans sa newsletter, déjà un grand merci et bienvenue ! Ensuite, si ce que tu as lu t’as plu, tu peux laisser ton email ci-dessous pour recevoir la suite :