Débrief de hier : le point de Schelling

Un phénomène psychologique mais surtout social

Le jeu qu’on a fait hier a été étudié par les sciences sociales. Il s’appelle le point de Schelling. Mais avant de t’en parler, revenons sur ce qui s’est passé !


Si on t’a partagé ce contenu, commence par t’abonner pour ne pas rater le reste :


Avant toutes choses : MERCI

Pour t’écrire, j’utilise une plateforme qui s’appelle Substack, majoritairement utilisée par des américains (c’est en train d’émerger en France). C’est grâce à ça que tu peux retrouver tous les emails automatiquement convertis en article en allant sur : nicolasgalita.substack.com

Et tu sais quoi ? Vous avez tellement joué le jeu sur le dernier post qu’on est arrivés premier mondial sur la plateforme :D :D :D.

C’est un peu comme être en tendance Youtube ! Bon sauf que là vu que y’a que des américains y’a juste plein de gens qui se sont demandés pourquoi y’avait un truc en français tout en haut ^^.

Mais c’est quand même cool ! Merci d’avoir été si enthousiastes !

Ceci étant dit, revenons sur le contenu.

L’incompréhension principale

Mes excuses : j’ai faussé les résultats sans le vouloir. J’ai oublié d’insister sur le fait que tu ne disposais d’aucun moyen de communication sur place mais aussi avant !

Certaines personnes ont compris qu’elles pouvaient dire à l’autre où aller et ensuite on essaie de se retrouver. Non. Ça, ça serait facile. Il suffit de se donner RDV à un point précis, n’importe lequel. Par exemple devant l’Opéra ou devant la fontaine de la place Saint-Michel (deux réponses qui sont revenues énormément et où je donne effectivement beaucoup RDV).

Dans ce cas tu n’avais pas le droit de communiquer avec l’autre. Et tu ne sais pas non plus qui est cette personne. Donc ce n’est pas forcément quelqu’un de Paris (coucou la team Parisiano-parisienne qui m’a donné des points inconnus du grand public).

On te donne juste comme mission d’être au même endroit qu’une autre personne, sans jamais lui avoir parlé avant.

Ce que répondent la majorité des personnes

Tu l’as probablement lu dans les commentaires : la majorité répond “Tour Eiffel, midi”.

Nous sommes étonnamment doués à résoudre ce type de problème. La solution s’appelle “un point de Schelling”, du nom de l’auteur qui a étudié le phénomène.

Nous sommes une espèce sociale, un animal collectif. Nous avons donc cet instinct qui nous permet de nous synchroniser.

Quand tu croises quelqu’un et que vous allez vous cogner, tu te décales à droite ou à gauche ? La plupart d’entre nous nous décalons à droite, sans nous concerter. Et c’est important : si l’un se décale sur sa gauche et l’autre sur sa droite, ça donne une collision.

Voici d’autres points de Schelling

Essaie de les faire. À chaque fois, dis-toi que tu le fais avec un inconnu qui doit répondre exactement comme toi. Sans aucune concertation.

  • Pile ou Face ?

  • Choisis un chiffre

  • Imagine une grille carrée de 4 par 4 (comme ci-dessous), tu dois cocher une case.

Ne regarde pas la suite avant d’avoir répondu aux trois.

(Enfin tu peux…je vais pas débarquer chez toi pour t’en empêcher mais c’est pas marrant !)

C’est bon ? Tu as choisi ?

Go ?

Go !

Voici les points de Schelling (les “bonnes” réponses)

  • Face (90% des gens aux USA, mais je pense qu’en France c’est l’inverse car on dit “face ou pile” en anglais)

  • 1 (40% des gens)

  • La case en haut à gauche (60% des gens)

Normalement tu as compris que…

…le phénomène d’avant-hier était lui aussi un point de Schelling. Si on demande à des gens de choisir entre quatre réponses identiques, 40% vont spontanément prendre la troisième.

Je l’ai testé sur mon compte Twitter :

Le livre où j’ai découvert ça pour la première fois

C’était dans “la sagesse des foules”. Livre passionnant sur les conditions de l’intelligence d’une foule. Je t’en reparlerai. Ce livre a été une claque intellectuelle. Ça contredit le fameux “le QI d’une foule est le QI le plus bas divisé par le nombre de gens”. Comprendre les mécanismes où la foule est meilleure permet de repenser la démocratie et les manières de prendre des décisions.

Le livre sur la sagesse des foules


Ça t’a plu ? Partage-le à quelqu’un d’autre, ça m’aide énormément :

Share