72 co-auteurs ont aidé Beyoncé à écrire son 6ème album

[Micro-Pensée]

Sur la chanson Hold Up de Beyoncé, il a fallu 15 co-auteurs.

Quand on l’a appris, certaines personnes ont crié au scandale sur Twitter :

Beyoncé a QUINZE auteurs sur une de ces chansons. Mais ils veulent nous faire croire que c’est une génie.

Au total, il a fallu 72 co-auteurs pour l’album Lemonade.

Pourquoi ça nous choque ?

On a un rapport étrange à l’art. Personne n’est choqué de savoir qu’il faut des centaines de personnes pour faire un film. Ces personnes sont d’ailleurs créditées au générique.

D’ailleurs, j’ai peu entendu de critiques sur Johnny Hallyday qui, carrément, n’écrivait aucune de ces chansons, lui…

Mais passons.

On imagine l’artiste comme une sorte de génie solitaire touché par les dieux. Pareil pour l’entrepreneur. On glorifie les Steve Jobs, les Elon Musk, etc. Personne ne veut entendre que Steve Jobs ne savait pas fabriquer un ordinateur et qu’il a simplement vendu l’ordinateur que son pote Steve Wozniak fabriquait.

Ça n’enlève rien à ses coups de génie ultérieurs, mais le début de l’histoire c’est ça. Un mec qui a un pote doué mais qui sait pas vendre. Lui non plus ne sait pas vendre au début, alors il apprend… On veut pas entendre ça car ça casse le mythe.

C’est ce fantasme médiatique de l’artiste contre lequel j’essaie de lutter dans le Syndrome de la Page Noire

Je crois que c’est l’idée qui me tient le plus à coeur dans le podcast que je fais : aller à la rencontre d’artistes pour casser ce délire de l’artiste solitaire, génial, lunatique.

Oui, j’ai un podcast. Je sais que beaucoup de gens n’ont pas compris. Il faut que clarifie ma communication. Quand je te parle du Syndrome de la Page Noire c’est MON Podcast :D. Il est en pause cet été mais tu peux découvrir la vingtaine d’épisodes déjà enregistrés !

Je lutte contre cette idée parce que ce délire nous empêche de faire de l’art. Alors qu’on pourrait tellement y gagner... Ce n’est pas pour rien s’il y a de plus en plus de psychothérapeutes qui utilise l’art comme thérapie. On te fait faire des dessins, des écrits, etc.

On s’en fout que ça soit bon ou pas… l’art a un effet thérapeutique, cathartique.

Fais de l’art pour une personne que tu aimes, fais de l’art pour personne… fais de l’art.

Je crois que les deux invitées qui ont exprimé le plus clairement devant moi ce concept sont Bonnie Illustration et Elise Pompom Girl.

Tu peux retrouver leurs épisodes sur n’importe quelle plateforme de podcast ou ici :