7 raisons de négocier ton salaire

Je te l’ai dit : je n’aime pas négocier. Pourtant, depuis que je me force à le faire, je vois bien que les bénéfices sont immenses. On va voir ensemble les 7 principaux.

Mais avant ça, n’oublie pas que c’est le tout dernier jour pour profiter du code qui te donne droit à 70,00€ de réduction sur ma dernière formation : Comment négocier avec son employeur sans avoir l'impression de mendier ?

Le code expire ce vendredi soir à 23h59.

Je veux accéder à la formation

Ceci étant dit, revenons à notre sujet.

#1 | Tu améliores ton image

On a souvent peur d’alimenter une mauvaise image quand on négocie.

On ne veut pas être la personne qui marchande, qui a l’air cupide.

Pourtant, c’est l’inverse qui se produit.

80% des recruteurs rapportent que les candidats qui négocient font une bien meilleure impression que ceux qui ne le font pas et acceptent simplement l’offre d’embauche qu’on leur présente

Pour une raison simple : si tu négocies, tu sous-entends que tu as de la valeur. Tu sous-entend que tu as une haute conscience professionnelle et donc une conscience de ta valeur.

Si tu acceptes sans négocier, tu sous-entends que tu pourrais tout accepter.

Bien sûr, si tu le fais mal tu peux passer pour un ou une mercenaire.

J’avais écrit “si tu forces trop”, alors qu’en fait c’est si tu forces mal. Ce n’est pas une question de combien tu demandes mais de comment tu le demandes.

À l’inverse, quand c’est fait correctement, une négociation de salaire donne l’impression d’une grande motivation. On se dit que tu es là pour le long terme.

Surtout s’il s’agit d’une négociation d’augmentation de salaire. C’est-à-dire quand tu es déjà au sein de l’entreprise en question. Car, généralement, quelqu’un sur le départ ou de démotivé ne demande pas d’augmentation.

#2 | On ne se vend pas mieux en se bradant

Il faut résister à la tentation de toujours négocier à la baisse dans l’espoir de mieux vendre. Baisser le prix d’un produit ne permet pas toujours de mieux le vendre.

Dans Influence et manipulation, l’auteur raconte l’anecdote d’une vendeuse de bijoux qui part en vacances et dit à son stagiaire de diviser par deux d’un rayon de bijoux qui ne se vendaient pas. Le stagiaire comprend mal et multiplie par deux le prix. Résultat… tous les bijoux se vendent.

La vendeuse revient et hallucine. Des bijoux qui ne se vendaient pas à un prix donné se sont mieux vendus au double du prix.

Mon école de commerce a connu la même problématique. Il s’agissait de l’école de commerce la moins chère de France. Avec des frais de scolarité de 1076€ au lieu de 8000€ à la concurrence. Résultat ? L’administration a fini par les monter à 5000€. Parce que les étudiants comparaient aux autres écoles et se disaient que c’était forcément une école moins bien à ce prix là.

Il faut donc garder à l’esprit que plus on paie pour un produit et plus on le valorise spontanément.

Même dans les cas où un prix à la baisse accélère la vente, c’est toujours au prix du respect. On respecte toujours, inconsciemment, davantage les salariés que l’on paie le plus.

D’ailleurs… si jamais on a accepté ce que tu demandais sans négocier c’est que tu as laissé de l’argent sur la table. Ce n’est pas bon signe quand on te dit oui direct. Si tu as eu, à l’entrée, exactement ce que tu voulais, sans négocier, c’est probablement que l’employeur avait encore une belle marge de manoeuvre.

#3 | Tu gagnes un peu plus d’argent immédiatement

Ce point est évident. Mais il faut le redire. Il n’y a que deux manières d’épargner plus d’argent :

A) Dépenser moins, en gardant le même revenu

B) Augmenter son revenu, en gardant les mêmes dépenses

Or, l’option A est limitée. Tu ne peux pas atteindre un niveau négatif de dépenses. Il y a donc une limite à la réduction de dépenses. Alors qu’il n’y a pas de limite théorique à l’augmentation du revenu.

Sans compter que c’est super douloureux de moins dépenser en gardant le même revenu. En revanche, garder ses dépenses constantes après une augmentation est abordable.

Par ailleurs, tu n’as pas forcément envie d’épargner, tu peux aussi avoir envie d’augmenter ton niveau de vie. Par exemple, avec mon augmentation de cette année, j’ai décidé de changer d’appartement.

En effet, à Paris, la règle du salaire qui doit être trois fois supérieur au loyer fait que c’est très dur d’avoir un appartement décent. Je vis encore dans un 22 m2. Mais avec l’augmentation de cette année, je vais pouvoir prétendre à un 33 m2.

Quel que soit ton objectif, augmenter ton salaire est souvent la manière la plus rapide et réaliste de gagner davantage d’argent.

#4 | Tu gagnes bien plus d’argent à long terme

On en a déjà parlé mais j’insiste : les effets cumulatifs sont énormes. Une différence de salaire d’entrée de 5 000€ annuels, donne une différence de plus de 350 000€ cumulés en fin de carrière.

Moi-même, j’ai une différence cumulée de 23 000€ sur 6 ans et 36 000€ sur 7 ans. Tu remarques d’ailleurs que c’est une courbe qui s’accélère. Sur la septième et dernière année je gagne 13 000€, c’est-à-dire plus de la moitié que ce que j’ai gagné sur les six années d’avant.

Parce qu’en fait… plus ton salaire est haut, plus on va t’accorder de fortes augmentations. Surtout si tu négocies en pourcentage. Si jamais tu obtiens 10% chaque année, tu doubles au bout de 8 ans. Et tu triples au bout de seulement 5 ans de plus. Tu quadruples au bout de… 3 ans de plus, et ainsi de suite.

Ça va de plus en plus vite. On appelle ça les intérêts composés.

C’est injuste mais c’est comme ça.

Car au final…

#5 | Le salaire de l’instant t sert de base de négociation au salaire de t+1

Dans la plupart des négociations on va se baser sur le salaire précédent. Si tu demandes une augmentation c’est évident : ton employeur connaît ton salaire actuel et t’augmente sur cette base. Jusqu’ici c’est un pléonasme.

Mais c’est aussi valable dans une négociation salariale d’entrée. En effet, le recruteur va presque systématiquement te demander combien tu gagnes actuellement. Afin de calibrer sa proposition.

Soit dit en passant : tu ne devrais jamais répondre à cette question. Je t’explique pourquoi dans ma formation.

Même toi, il est probable que tu demandes inconsciemment plus une fois que tu auras un plus gros salaire. Demander 3k de plus quand on gagne 24k ça a l’air énorme. Mais quand tu gagnes 100k… ça a l’air ridicule. Pourtant…c’est exactement la même valeur absolue.

Il faut donc faire très attention : chaque niveau de salaire que tu acceptes va déterminer le prochain.

#6 | Plus tu le fais, plus tu t’habitues à le faire

Négocier est un jeu pour les personnes habituées à le faire. Quand j’ai demandé à mon élève qui gagne le plus (et qui a négocié son salaire pendant 6 heures d’affilées) comment il arrivait à négocier, il m’a répondu qu’il faisait ça depuis tout petit.

Que parfois il s’amusait même à négocier dans des Ikea. Juste pour s’amuser et voir s’il arrivait à obtenir quelque chose.

Alors que moi j’aurais honte de négocier dans une grande surface avec les prix déterminés.

En fait c’est comme tout : la peur vient du manque d’habitude. Draguer est terrifiant la première fois. Conduire une voiture est terrifiant la première fois. Mais ensuite on s’y habitue.

Donc, tu as tout intérêt à commencer à t’habituer à négocier ton salaire. Afin que ça devienne un jeu.

J’ai une collègue qui est rentrée directrice commerciale dans mon entreprise. Quand elle me raconte sa négociation d’entrée, j’hallucine. Elle est capable de dire avec un grand sourire des phrases comme :

Ah oui je comprends que tu avais prévu 38 max, mais en-dessous de 45 tu peux m’oublier. Et c’est pas grave, on repart bons amis.

Sans s’énerver, sans stresser, juste en restant solide sur ses appuis. Parce qu’elle a l’habitude de ce jeu.

#7 | Tu te débarrasses de la frustration

Si tu as l’impression de ne pas gagner comme tu devrais, tu vas commencer à développer de la rancoeur, de la frustration envers ton entreprise.

Tu vas te dire qu’on ne t’estime pas à ta juste valeur. On a vu ensemble ce phénomène dans la formation sur comment mettre son travail en valeur. Il est naturel. On se dit “on devrait voir la valeur de mon travail sans que j’ai à demander”.

Mais ça ne marche pas comme ça.

Demande.

Dans 80% des cas ça te libèrera de la frustration : soit parce qu’on te dira oui, soit parce qu’on te dira un non bien argumenté et qui dépend de facteurs qui ne sont pas personnels.

Toutes ces raisons sont rationnelles mais ton problème est émotionnel

Je sais tout ça et pourtant je lutte encore. Peut-être que toi aussi tu savais tout ça. Mais il ne suffit pas de comprendre les arguments rationnels pour réussir à changer. Sinon personne ne fumerait. Il y a toujours une partie émotionnelle.

Si on ne négocie pas c’est souvent parce qu’on ne sait pas gérer les émotions de culpabilité, de vulnérabilité et de malaise que ça nous procure.

Voilà pourquoi je commence par attaquer les racines émotionnelles dans ma dernière formation : Comment négocier avec son employeur sans avoir l'impression de mendier ?

Parce que c’est d’abord ce travail émotionnel qu’il faut entreprendre, avant même d’apprendre les techniques de négociation. Rassure-toi, je te montre aussi des techniques. Mais ça vient dans un second temps.

Si tu te reconnais dans ce problème émotionnel qui entrave ta capacité à négocier, je pense que ma formation peut t’aider. MAIS…

Elle est disponible au tarif de lancement uniquement jusqu’à ce soir 23h59 :

https://nicolasgalita.podia.com/comment-negocier-avec-son-employeur-sans-avoir-l-impression-de-mendier?coupon=REGULAR-NEGO

Si tu es premium utilise ce lien pour revenir à l’email de lancement que tu as reçu : https://www.ateliergalita.com/p/comment-ngocier-avec-son-employeur